L'obésité chez les jeunes enfants de milieux socio-économiques fragiles
05 janvier 2016

Question écrite de Yves Evrard, Député,
à Madame Joëlle Milquet, Ministre de l’Enfance,
sur l’obésité chez les enfants de milieux socio-économiques fragiles

L’obésité croissante est un problème majeur de santé en Belgique, plus particulièrement encore pour les enfants. Les chiffres récents de l’OMS ou encore de l’Institut scientifique de santé publique étaient peu encourageants.

Et selon une nouvelle étude menée dans le cadre du projet européen Epode (« Ensemble prévenons l’obésité des enfants »), un enfant belge sur 5 est en excès de poids. Plus interpellant, c’est l’inégalité des enfants qui est pointée face à cette situation. En effet, ce problème touche de manière plus directe les ménages avec un faible niveau d’éducation. Dans ces familles, 12 % des enfants sont en surpoids contre 3 % dans les familles où la mère a fait des études supérieures.

Une expérience réalisée auprès de 169 enfants nous montre que la création d’un environnement qui facilite les choix sains peut réduire les inégalités sociales de santé responsables de l’obésité chez les enfants de milieux socioéconomiques fragiles.

Madame la Ministre, vous avez déjà répondu à différents collègues qu’il vous était possible d’agir dans ce domaine par le biais des services PSE et PMS, ainsi qu’au niveau des consultations pour enfants de l’ONE. Et ce afin de sensibiliser tant les enfants que les parents à des changements de comportements vers une alimentation plus saine. Vous parliez également de la possibilité de campagnes de prévention.

L’ONE avait d’ailleurs formé un groupe de travail « pour la prévention de l’excès de poids ». A-t-il rendu des conclusions ? Ont-elles été suivies ?

Où en sont aujourd’hui ces actions pour ces deux publics cibles? Des campagnes sont-elles prévues et si oui, quand ?

Quelles actions ont été ou seront mises en place pour améliorer cette situation en particulier auprès des familles défavorisées ?

Avez-vous des indications quant aux résultats des actions entreprises ? J’aimerais également savoir si vous avez, de votre côté, des chiffres relatifs au poids des enfants en Fédération Wallonie Bruxelles et à leur évolution ces dernières années. Quels sont les derniers chiffres des PSE par exemple ?

Réponse à la question écrite n° 814 de Monsieur le Député Evrard à

Madame Joëlle MILQUET, Vice-Présidente et Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance

Objet : Obésité chez les enfants de milieux socio-économiques fragiles

Monsieur le Député,

Madame la Ministre, vous avez déjà répondu à différents collègues qu’il vous était possible d’agir dans ce domaine par le biais des services PSE et PMS, ainsi qu’au niveau des consultations pour enfants de l’ONE. Et ce afin de sensibiliser tant les enfants que les parents à des changements de comportements vers une amélioration plus saine. Vous parliez également de la possibilité de campagnes de prévention.

L’ONE avait d’ailleurs formé un groupe de travail « pour la prévention de l’excès de poids ». A-t-il rendu des conclusions ? Ont-elles été suivies ?

Il s’agit d’une recherche-action menée avec le soutien du Collège des Conseillers Pédiatres de l’ONE et les diététiciennes, concernant le soutien et le suivi d’enfants déjà identifiés comme en étant en surpoids et de leurs parents dans les Consultations pour enfants de l’ONE.

Les résultats de cette recherche-action ne seront disponibles que d’ici deux ans. Le devenir de ces enfants sur une période d’au moins deux ans y est examinée.

Où en sont aujourd’hui ces actions pour ces deux publics cibles? Des campagnes sont-elles prévues et si oui, quand ?

Les actions d’informations, de sensibilisation des parents et des enfants telles qu’elles ont été décrites dans les précédentes réponses aux questions parlementaires ayant trait à ce sujet continuent.

Il s’agit d’un travail de fond de tous les jours mais il n’y a pas pour l’instant de grande campagne prévue pour l’année 2015-2016.

Quelles actions ont été ou seront mises en place pour améliorer cette situation en particulier auprès des familles défavorisées ?

Les actions de sensibilisation et d’information ne peuvent pas tout résoudre et comme vous le dites fort bien, de nombreuses études montrent que ce qui est le plus efficace est « la création d’un environnement qui facilite les choix sains » et ceci permet particulièrement de « réduire les inégalités sociales de santé responsables de l’obésité chez les enfants de milieux socio-économiques fragiles ».

En ce qui concerne les jeunes, clairement, la solution est d’intervenir au niveau des cantines scolaires, en mettant à disposition des enfants et adolescents, des repas chauds, équilibrés et sains pendant les heures scolaires et particulièrement à midi. Sans oublier dans certaines situations d’enfants qui arrivent très tôt et qui repartent tard de l’école, le petit déjeuner et le goûter. Les solutions sont connues mais demandent un investissement budgétaire important.

Dans ce cadre, la Communauté française a travaillé à l’élaboration d’un modèle type de cahier de charge visant à permettre l’inclusion des notions d’alimentation saine et pauvre en CO2 dans les projets de cantines scolaires.

L’ONE continuera dans les années à venir à renforcer ces projets, dans la mesure des moyens qui lui seront impartis.

Avez-vous des indications quant aux résultats des actions entreprises ? J’aimerais également savoir si vous avez, de votre côté, des chiffres relatifs au poids des enfants en Fédération Wallonie Bruxelles et à leur évolution ces dernières années. Quels sont les derniers chiffres des PSE par exemple ?

Pour ce qui concerne les statistiques de l’ONE, elles proviennent de la BDMS (Banque de Données Médico-Sociale) et concernent la population infantile suivie à l’ONE.

Ces données sont bien entendu utilisées dans le cadre de la recherche-action mentionnée ci-dessus. Les courbes de BMI (Body Mass Index) ont dans ce contexte été ajoutées dans le Dossier médico-social de l’ONE et sont en cours de mise à jour dans le Carnet de l’enfant pour l’édition de 2016.

Nous annexons à la présente, le fichier de données du SIPES (Service d’Information Promotion Education Santé) qui fournit les évolutions brutes et standardisées de surcharge pondérale et d’obésité par niveau scolaire pour lesquels les données sont disponibles.

Je vous remercie pour votre question.

Joëlle MILQUET

Vice-Présidente et Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance




Source : http://parlement.wallonie.be