Bilan provisoire des vac de Noël pour les structure développant des activités liées à la neige. FWB +Les Arcs
14 janvier 2016

Question de M. Yves Evrard à M. René Collin, ministre des Sports, intitulée «Bilan provisoire des vacances de Noël pour les structures développant des activités liées à la neige

(Fédération Wallonie-Bruxelles + Les Arcs)»

M. Yves Evrard (MR)

– La neige récemment arrivée ne me détournera pas du sujet initial de ma question, à savoir l’absence de neige dont les sites belges appropriés aux activités qui y sont liées ont souffert, notamment durant les vacances de Noël. À l’étranger, certaines stations de sports d’hiver réputées ont dû innover et diversifier leurs activités.

Monsieur le Ministre, avez-vous été sollicité par des organismes concernés par ces conditions

défavorables? Avez-vous reçu des demandes en matière de soutien financier?

Par ailleurs,quel est le premier bilan du centre sportif de l’ADEPS Les Arcs à Bourg-Saint-Maurice, notamment sur le plan de la fréquentation et des activités proposées?

Êtes-vous satisfait de cette collaboration? Envisagez-vous des modifications dans la manière de travailler avec ce centre?

Quelle est la stratégie à plus long terme, dans l’éventualité d’un dérèglement persistant des saisons, par rapport à une nécessaire diversification, afin que le site reste opérationnel et attractif?

M. René Collin, ministre des Sports.

– Certaines stations ont, chez nous, effectivement franchi le pas de la diversification, comme, par

exemple, la piste de ski d’Ovifat ou encore la ferme Libert, qui ont créé un Bike park ainsi que

des pistes pour VTT, tandis que la marche nordique a pris ses quartiers à la piste du Mont Spinette. Toutefois, pour la majorité des loueurs, il s’agit d’une activité complémentaire liée à la météo.

Ils sont conscients que cette activité peut être assez lucrative si la neige est là.

Et le risque pouvait être tout aussi important de n’avoir aucune rentrée financière.

On l’a vu durant l’hiver 2006-2007. De ce fait, l’achat de nouveau matériel est souvent un dilemme, vu l’incertitude liée à la durée de son amortissement. On ne sait pas s’il y aura perte, mais l’on sait en tout cas manifestement depuis quarante-huit heures que la saison semble avoir très bien démarré.

Je vous donne quelques chiffres pour éclairer votre question: une paire de skis de fond se loue en moyenne dix euros par jour et sept euros par jour pour les groupes scolaires.

Pour le ski alpin,il faut compter en moyenne quinze euros pour les remontées mécaniques et douze euros pour la location de matériel. On peut ainsi arriver à estimerles pertes ou les revenus.

En effet, il y a mille paires de skis de fond au Signal de Botrange, plus ou moins trois cents à Mont Spinette, deux cents paires de skis de fond et deux cents paires de skis alpins au Val de Wanne, cinq cents paires au Thier des Rexhons à Spa, pour citer quelques exemples.

Le montant se chiffre donc en dizaines de milliers d’euros pour chaque journée.Et ce d’autant plus que lors des week-ends en neigés, les locations dans les Hautes Fagnes sont généralement complètes. Je suis passé hier dimanche devant le site de la Baraque Fraiture et je peux vous assurer qu’il était difficile d’y stationner puisqu’il y avait énormément de monde.En ce qui concerne le centre des Arcs, pour l’ensemble de la saison hiver 2015-2016, nous sommes actuellement, individuels et collectivités, à 2 041 réservations, ce qui représentera 14 287 journées/stagiaires sur un maximum de 15 498.

Nous sommes donc à un peu plus de 92 % de remplissage. L’Union nationale des centres sportifs de plein air (UCPA) nous a d’ailleurs rétrocédé plusieurs dizaines de places sur les sept semaines de la saison.

Néanmoins, voici quelques chiffres actualisés basés sur l’année 2015 pour la fréquentation et 2014 pour le budget.La fréquentation pour l’hiver 2014-2015 est de 13 755 journées/stagiaires sur un total de 39 706 (ADEPS et UCPA), ce qui représente 25,73 %. Cela correspond d’ailleurs à notre parité sur le centre, qui est de 25 %. Pour l’été 2015, la fréquentation représente 3 811 journées/stagiaires, ce qui signifie 3 994 jours/semaine en 2014.

En ce qui concerne la situation comptable de 2014, les charges ont été de 1 265 941 euros, les produits de 1 249 955 euros, ce qui donne donc un résultat négatif de 15 986 euros et un ratio recettes / dépenses de 0,99. Le centre des Arcs a l’avantage d’être situé dans l’une des stations les plus proactives en matière de gestion de la neige, grâce notamment au développement de la production de neige de culture.Cette année encore, les gestionnaires ont étoffé leur système de production et l’ont exploité au maximum dès que les conditions météorologiques étaient propices.

Ceci leur a permis de débuter la saison avec pratiquement 50 % des pistes ouvertes, alors que beaucoup de stations n’ont même pas pu ouvrir sauf il y a à peine quarante-huit heures. Par ailleurs, la station a commencé à aménager un stade permanent à deux pas du centre, ce qui a évidemment motivé la Fédération belge francophone de ski à venir prendre ses quartiers au centre ADEPS des Arcs, entraînant dans la foulée les stages d’équipes nationales. Cette année, nous allons mettre en place une information plus détaillée et plus ciblée sur les possibilités qu’offre le centre des Arcs pour les différentes fédérations sportives ou clubs en matière d’entraînement spécifique pour certains – je pense au kayak, au ski bien sûr, au VTT – et de préparation physique pour la plupart.

M. Yves Evrard (MR).

– Pour la Belgique, on va croiser les doigts en espérant que les stations pourront profiter des quelques jours de grand froid qui sont annoncés. Je vous remercie pour les précisions concernant la station des Arcs. Le déficit semble raisonnable eu égard au taux de fréquentation. Et j’imagine que ce déficit est partagé au prorata de notre participation dans le centre.




Source : http://parlement.wallonie.be