Evaluation des stages mis en place par l'Adeps et Eté sports
14 janvier 2016

Question orale de M. Yves Evrard à M. René Collin, ministre des Sports, intitulée «Évaluation des stages mis en place via Été Sport et via l’ADEPS»

M. Yves Evrard (MR)

-Monsieur le Ministre, l’opération Été Sport vise à rendre la pratique du sport accessible à un public plus large. Des critères de proximité, de coût démocratique et de qualité d’encadrement ont été mis en place. Cette formule rencontre un succès certain, notamment auprès des groupes sportifs et des communes, qui y ont largement adhéré. Un rapport complet sur la fréquentation des stages devait nous parvenir pour la fin 2015. Disposez-vous de ce rapport?

Quelle en est la teneur? Selon la presse, la récente enquête de satisfaction menée par l’Administration générale du Sport s’est soldée par un indice de satisfaction supérieur à 90 % dans le chef des stagiaires de l’ADEPS.

En revanche, une étude a pointé une diminution de 11 % de fréquentation de ces stages.

Vous avez d’ailleurs confirmé cette diminution,partiellement due à un bug informatique.

Ce fléchissement a-t-il eu un impact sur les finances du Fonds des Sports? Estimez-vous qu’il

existe un lien entre le succès de la formule Été Sport et la diminution de fréquentation des stages proposés par l’ADEPS?

René Collin, ministre des Sports.

– S’il est vrai que, voici quelques années, l’ADEPS était le seul organisme à proposer des stages sportifs pendant les congés scolaires, toute une série d’opérateurs présentent aujourd’hui différentes

formules qui remportent un certain succès. Je ne dispose pas encore du rapport de mon

administration relatif á l’opération Été Sport 2015. J’ai relancé la direction de l’ADEPS pour

l’obtenir.Par contre,je vous avais déjà communiqué les chiffres en réponse à une précédent question.

L’analyse des stages ADEPS, qui ne se résume pas à la période estivale, ne peut véritablement

débuter qu’au début de cette année, sur la base de l’ensemble des chiffres 2015. Pour les deux mois de vacances, nos centres ADEPS ont encadré près de 90 000 sportifs en externat et 9 332 personnes en internat, pour près de 40 000 nuitées. Cela équivaut en effet à une légère diminution de l’ordre de 11 % par rapport à la période similaire en 2014. Cette tendance est-elle structurelle ou conjoncturelle?

Une analyse plus fine nous permettra d’évaluer l’offre et de mieux encore la faire

coïncider avec la demande. L’ADEPS identifie quelques points problématiques: tout d’abord, huit semaines de programmation en 2015, contre neuf en 2014, à nombre de places égal, ensuite, un système informatique certainement perfectible vous avez évoqué le bug intervenu au moment même de l’ouverture des inscriptions et, enfin, le moteur de recherche.

Les huit semaines de programmation ont engendré des recettes de 1 621 265 euros en 2015, contre 1 665 617 en 2014, soit une diminution de l’ordre de 3 %. Je ne considère pas que l’opération Été Sport concurrence les stages ADEPS, même si je suis prêt à en discuter et que je lirai avec attention le rapport final. Il s’agit de produits bien distinctsqui répondent à des logiques assez différentes.

M. Yves Evrard (MR).

Ces produits répondent probablement à des attentes différentes. On ressent toutefois une sorte de concurrence. Il serait donc intéressant de vérifier si les 11 % de diminution ne seraient pas dus à une offre de plus en plus large et qui, donc, se dilue.

Le soutien aux initiatives était laissé à votre discrétion. Je me réjouis en tout cas que vous ayez précisé les conditions pédagogiques de l’encadrement des stages afin d’éviter la concurrence entre les moniteurs ADEPS et ceux d’Été Sport.




Source : http://parlement.wallonie.be