le Plan numérique et la personne souffrant de handicap
20 janvier 2016

Question écrite de M.Evrard à M. Marcourt , ministre de l'économie, de l'industrie , de l'innovation et du numerique, sur :

Le plan numérique et la personne souffrant d'un handicap”.

M.Evrard (MR).

Un des objectifs du plan Numérique est l’accélération de la digitalisation notamment dans les services publics wallons, et ce dans le cadre d’une dynamique de simplification administrative, une de vos prérogatives.On a pu lire récemment dans la presse que l’accès aux différents sites mis en ligne qu’ils soient publics ou privés n’est pas chose aisée pour certaines catégories de population et plus spécifiquement pour les personnes souffrant de handicap.

Le label Any Surfer mis en place par l’ASBL Solidarité en vue, distingue les sites accessibles aux personnes souffrant de handicap.

Chaque concepteur de site peut ainsi demander un audit à la suite duquel il pourra réaliser des améliorations et obtenir ce label Any Surfer (un peu à l’instar de ce que fait l’ASBL Gamah pour l’accès des bâtiments publics aux personnes à mobilité réduite).

Dans le cadre de ses compétences dans les nouvelles technologies et de la mise en place du plan Numérique, Monsieur le Ministre a-t-il accordé une importance particulière aux techniques facilitant l’accès à internet aux personnes souffrant de handicap ?

Depuis 2003, le Gouvernement wallon a adopté des mesures en vue de rendre accessibles la majorité des sites Web publics wallons au plus grand nombre.

Où en sommes-nous à l’heure actuelle ?

Combien de sites publics wallons bénéficient du label Any Surfer ?

De quelle manière le plan Numérique a-t-il intégré cette notion dans ses projets et travaux ?

Existe-t-il des synergies avec le collègue de Monsieur le Ministre mettant en lien le plan Numérique et l’egouvernement?

M. Marcourt , ministre de l'économie,de l'industrie,de l'innovation et du numerique.

Pour les éléments qui concernent la labellisation Anysurfer des sites internet des services publics wallons, je me permets de conseiller à l'honorable membre de se référer aux réponses que j’ai fournies aux questions écrites posées ces dernières semaines par ses collègues.

En synthèse, les sites wallons présentent des garanties d’accessibilité autres que le label Anysurfer, qui n’est plus toujours en phase avec les évolutions technologiques embarquées dans les sites web. Les webdeveloppeurs des sites web wallons respectent les normes de référence que sont le WCAG (Web Content Accessibility Guidelines) et plus particulièrement la norme édictée par le W3C/WAI (Web Accessibility Initiative), qui cadre les évolutions des normes générales de l’internet au niveau mondial et fait autorité.

À titre d’exemple, la ligue Braille a développé son site sur base de ces normes.

La stratégie numérique de la Wallonie est portée par l’ensemble du Gouvernement Wallon.

Chaque Ministre a dès lors, dans le champ de ses compétences, proposé une série de mesures fortes pour ancrer la Wallonie dans la dynamique de la révolution numérique.

En particulier, cette révolution touche la transformation des modes de travail et des modes de production et distribution dans l’économie classique, mais elle ouvre également un potentiel important de développement de l’industrie numérique elle-même.

En ce qui concerne les services publics, la priorité est de développer « l’intensité numérique » des

administrations. Il s’agit de transformer la manière dont elles prestent le service aux usagers en tenant compte des opportunités offertes par le numérique, et de mobiliser à la fois les technologies et les expertises « numériques » des agents pour simplifier les démarches et alléger les charges administratives qui pèsent sur les citoyens, les entreprises et les associations.

Nous y avons intégré des mesures spécifiques pour lutter contre la fracture numérique et renforcer le développement des compétences numériques dans les parcours scolaires et de formations professionnelles.

Imprimé le 20/01/2016 à 15:57:40




Source : http://parlement.wallonie.be