La campagne de publicité su salon des vacances 2016
15 février 2016

QUESTION ORALE DE M. EVRARD À M. COLLIN, MINISTRE DE L'AGRICULTURE, DE LA NATURE, DE LA RURALITÉ, DU TOURISME ET DES INFRASTRUCTURES SPORTIVES, DÉLÉGUÉ À LA REPRÉSENTATION À LA GRANDE RÉGION , SUR

« LA CAMPAGNE DE PUBLICITÉ DU SALON DES VACANCES 2016 »

M. le Président. - L'ordre du jour appelle la question orale de M. Evrard à M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Infrastructures sportives, délégué à la Représentation à la Grande Région, sur « la campagne de publicité du Salon des vacances 2016 ».

La parole est à M. Evrard pour poser sa question.

M. Evrard (MR).

- Monsieur le Ministre, je voulais revenir avec vous sur une publicité qui a traversé les ondes, il y a quelques jours et qui n'a échappé à personne et qui visait à mettre en valeur le Salon des vacances 2016 . Vous avez entendu comme moi, une publicité débute par « Oh non, encore l’Ardenne! », suivie d'un long soupir ; « Oh non, encore la Côte! » suivie d'un long soupir, pour proposer ensuite aux futurs visiteurs du salon ou aux futurs vacanciers de se rendre au Salon des vacances pour y découvrir d’autres destinations. Il est très clair que ce genre de publicité a un effet très négatif et porte atteinte à l'image de l'Ardenne en particulier et à la Belgique de manière plus large.

On peut comprendre que cette initiative court-circuite tous les efforts qui ont été réalisés au niveau touristique, notamment par la FTLB. D'ailleurs, différentes fédérations ont participé à la création de ce profil identitaire élargi de l’Ardenne, composé des Ardennes française, belge et grand-ducale sous l’appellation d'une marque « Ardenne». Les campagnes de promotion ainsi que les publications sont maintenant estampillées «Ardenne ». C'est évidemment une très bonne chose et l'on comprend que ce genre de publicité va vraiment à l'encontre des initiatives qui sont prises.

Par ailleurs, l'autre élément important, c'est que le Salon des vacances est un des événements promotionnels majeurs dans le paysage touristique. On y retrouve forcément des opérateurs privés mais également publics, qui sont présents à ce salon, sous la coupole du Centre d'action touristique des provinces wallonnes (CATPW).

Monsieur le Ministre, avez-vous été interrogé par ces différents opérateurs touristiques ?

Pouvez-vous nous dire quelle a été leur réaction et notamment pour ceux qui participent chaque année à ce salon ? Plus largement, en tant que représentant du pouvoir public, et notamment promoteur de la marque Ardenne, vous êtes aussi ministre en charge de la Grande Région.

Êtes-vous intervenu auprès du groupe FISA, organisateur de l’événement pour lui témoigner, j'imagine, toute votre indignation et toute votre colère par rapport à cette publicité ?

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Collin.

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Infrastructures sportives, délégué à la Représentation à la Grande Région.

- Monsieur le Député, vous ne serez pas étonné du début de ma réponse. Vous connaissez mon attachement à la marque Ardenne, puisque, dans ma fonction précédente, il ne vous aura pas échappé, que j'ai été à l'initiative des démarches qui ont permis de créer cette marque.

J'en ai piloté la conception et j'ai été le premier président du groupement européen d'intérêt économique. C'est mon successeur en fonction de député provincial au tourisme de la Province de

Luxembourg et comme Président de la Fédération touristique belge qui pour l'instant m'a remplacé comme président et du reste comme ministre wallon du Tourisme.

Je n'ai pas manqué de soutenir également financièrement les démarches de ce GIEE. Il m'apparaît que c'est une démarche qui est extrêmement porteuse de sens et qui vise à renforcer pas seulement d'ailleurs, l'Ardenne géographique dans sa promotion touristique, mais l'ensemble de la Wallonie, puisque l'Ardenne est un des fleurons du tourisme wallon. J'étais doublement vexé par cette publicité malencontreuse, puisque j'ai aussi été à l'initiative de démarches de valorisations communes de la Côte et de l'Ardenne.

La Belgique ne se résume pas à la Côte et à l'Ardenne, mais lorsque ces deux fleurons travaillent ensemble comme nous l'avons fait, c'est toute la Belgique touristique qui peut y gagner. Donc, j'ai vraiment été étonné de cette publicité que j'ai considérée comme totalement malheureuse et j'ai fait part bien sûr aux organisateurs de ma désapprobation.

Vous l'avez dit, c'est le centre d'action touristique des Provinces wallonnes, le CATPW, qui a assuré la gestion du village wallon présent au sein du salon des vacances et évidemment, dès le début de la campagne, le CATPW a aussi pris contact avec les organisateurs pour que le spot soit immédiatement retiré. Les organisateurs l'ont fait et ont exprimé leurs vifs regrets et ont contacté la centrale média pour stopper la diffusion du spot.

Les organisateurs du salon ont admis qu'il s'agissait d'une erreur de procédure interne, ont-ils dit, qu'ils ont vivement regrettée. Alors, il y a deux choses aussi qui ont été faites, qui ont été demandées : des formules qui ont été proposées aux opérateurs présents pour les mettre en valeur dans le cadre d'actions de valorisation qui ont été réalisées sur le salon, c'était la moindre des choses, mais cela a été fait et deuxièmement, les conditions tarifaires liées à une participation en 2017 seront également revues en dédommagement de cette situation.

Je ne vais pas dire qu'à toute chose malheur est bon, parce que j'estime que cet incident n'aurait pas dû avoir lieu, mais, bien entendu, nous essayons de tirer le meilleur parti possible de cette démarche de mauvais aloi qui n'a pas été profitable au salon et qui aurait pu, si on y avait pris garde porter préjudice à l'ensemble des opérateurs présents sur place, mais aussi à l'ensemble de la Wallonie touristique.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR).

- Merci Monsieur le Ministre pour votre réponse. Tant mieux si vous avez pu réagir tout de suite et je n'en doutais pas. Je crois que l'on doit là tirer les conclusions de cet épisode malheureux pour l'avenir notamment à travers l'utilisation, à partir du moment où on a une marque Ardenne, si c'est une marque d'une grande firme de sodas ou autres je ne pense pas que chacun puisse l'utiliser comme bon lui semble. J'entends bien évidemment que vous avez négocié des compensations, mais vous savez comme moi que si les stands ont été mis en valeur, cela a sans doute eu un impact sur les visiteurs, mais que, au regard de la puissance médiatique d'une radio sur l'ensemble du territoire, c'est bien peu de choses.

Tant mieux si en 2017 il y a des conditions avantageuses. Je ne peux que vous invites à évaluer et voir s'il n'y a pas moyen en tous cas, sur les mêmes ondes radio, de pouvoir diffuser à un autre moment de l'année, une campagne de promotion justement pour l'Ardenne ou la Côte belge.

Vous nous dites que vous avez des contacts avec nos homologues du nord du pays, je crois que ce ne serait que justice que nous puissions avoir, bénéficier, d'une visibilité radiophonique pour justement mettre en valeur les atouts de l'Ardenne comme de la Côte d'ailleurs.




Source : http://parlement.wallonie.be