L'absence des entreprises wallonnes dans la mission en Afrique de l'Ouest
16 février 2016

QUESTION ORALE DE M. EVRARD À M. MARCOURT, MINISTRE DE L'ÉCONOMIE, DE L'INDUSTRIE, DE L'INNOVATION ET DU NUMÉRIQUE, SUR « LES ENTREPRISES WALLONNES ABSENTES DE LA MISSION EN AFRIQUE DE L'OUEST »

M. le Président. - L'ordre du jour appelle la question orale de M. Evrard à M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, sur « les entreprises wallonnes absentes de la mission en Afrique de l'Ouest ».

La parole est à M. Evrard pour poser sa question.

M. Evrard (MR).

- Monsieur le Ministre, après l'Allemagne, j'aurais souhaité vous emmener en Afrique de l'Ouest puisque, vous le savez, à l’initiative de Brussels Airlines, du Secrétaire d’État au Commerce extérieur et de la Chambre de commerce de l'Afrique-Caraïbes-Pacifique, une délégation d’hommes d’affaires belges a effectué une mission en Afrique de l’Ouest qui a, semble-t-il, été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme notamment au Libéria.

Cette région, durement touchée lors de la crise d’Ebola, semble maintenant en pleine reprise économique et a d’énormes besoins en termes de matériel et en matière d'expertise dans différents domaines.

Monsieur le Ministre, il semble qu'aucune entreprise wallonne n'ait pris part à cette mission. Pouvez-vous nous le confirmer ? En connaissez-vous les raisons ? J'ai du mal à y voir une frilosité des entreprises wallonnes à investir dans cette partie du monde. Lors de l'annonce de cette mission, des candidatures émanant d'entreprises wallonnes ont-elles été rentrées ?

Ce que l'on a pu retenir de cette mission, c'est qu'il y avait un potentiel de développement important. Envisagez-vous, dans le futur, d'autres missions dans cette partie du monde pour permettre à nos entreprises de participer à ce redéploiement qui s'annonce prometteur ?

Avez-vous déjà un calendrier en la matière ?

Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse.

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Marcourt.

M. Marcourt,Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique.

-Monsieur le Député, comme vous le mentionnez, une mission s'est effectivement rendue en Sierra Leone et au Liberia, du 17 au 22 janvier dernier. Cette mission était organisée à l'initiative de SN Brussels Airlines. La compagnie souhaitait valoriser le capital de sympathie suscité dans ces deux pays, du fait du maintien de ses vols pendant la crise. Cette mission, baptisée « Africa is not Ebola » est donc une initiative de SN Brussels Airlines. Celle-ci a visiblement décidé d'inviter le Secrétaire d'État au Commerce extérieur fédéral et d'y associer la Chambre de commerce Belgique , Luxembourg , Afrique , Caraïbe et Pacifique.

Si un contact a été établi avec l'AWEx par Brussels Airlines plusieurs mois avant la concrétisation du projet,aucune sollicitation n'a été faite. L'AWEx et les autres instances régionales de promotion du commerce extérieur n'ont donc pas été sollicitées, que ce soit pour sensibiliser ou inviter les entreprises. Le recrutement des participants a dès lors été organisé et géré par Brussels Airlines, sans concertation avec l'AWEx , Flanders Investment and Trade ou encore Brussels Invest and Export.

Selon les informations recueillies auprès de notre attaché économique et commercial en poste à Abidjan, il semble qu'aucune entreprise wallonne n'ait participé à la mission. Si l'on en croit les informations communiquées par Brussels Airlines aux journalistes ayant participé des contacts auraient pourtant été noués par la Compagnie aérienne avec quelques entreprises wallonnes. À ce stade, il m'est impossible de vous communiquer le nom de ces entreprises ou les raisons qui les ont incitées à décliner l'invitation. Cela étant, il me semble important d'attirer l'attention sur le fait que la Sierra Leone et le Liberia ne comptent pas parmi nos principaux partenaires commerciaux. Ils se situent respectivement à la 130e et 153e place dans le classement des principaux clients de nos entreprises.

Selon mes informations, la délégation commerciale qui s'est déplacée était essentiellement active dans le secteur du dragage et dans le diamant, principale ressource de la Sierra Leone. Enfin, aucune ambassade ou poste économique et commercial n'est implanté dans l'un de ces deux pays. En ce qui concerne l'Afrique de l'Ouest, l'AWEx a prévu d'organiser, en octobre, une mission économique en Côte d'Ivoire. Cette mission trirégionale offrira la possibilité aux entreprises de notre pays de découvrir tout le potentiel offert par la Côte d'Ivoire.

Il s'agit d'un pays aujourd'hui redevenu à la fois la locomotive économique et la porte d'entrée de toute cette région. Compte tenu du retour de la Banque africaine de développement à Abidjan, un volet de cette mission sera consacré aux possibilités de financement offertes par cette institution internationale.

Par ailleurs, si la situation le permet, cette mission pourrait également se rendre au Burkina Faso. La programmation 2017 est en cours d'élaboration. Néanmoins, je peux déjà vous annoncer que la Côte d'Ivoire fera l'objet d'une mission économique princière conduite par la Princesse Astrid. Il va de soi que les trois instances régionales seront étroitement associées à la préparation et à l'organisation de cette mission princière. Enfin, pour votre information, l'AWEx a organisé l'an dernier une mission économique au Sénégal, autre pays important sur le plan économique en Afrique de l'Ouest.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR).

- J'imagine que concernant l'organisation de cette mission, j'entends bien malheureusement qu'il y a sans doute une information qui n'a pas été transmise, notamment à l'égard de vos services et de votre cabinet. J'imagine que ce n'était sans doute pas une mission secret d'État. On ne peut que déplorer qu'il y ait eu manifestement un problème de communication à ce niveau.

J'entends bien effectivement que les pays que nous avons évoqués ne sont pas forcément dans la liste prioritaire mais j'imagine que cette liste n'est pas figée à travers son classement et que lorsqu'un pays rencontre des bouleversements heureux ou malheureux, ici en l'occurrence notamment une crise sanitaire, eh bien, que forcément les priorités ou les opportunités qui se dégagent doivent faire en sorte que nous puissions positionner nos entreprises wallonnes au mieux. J'entends bien effectivement que les différentes missions que vous allez organiser s'inscrivent en tout cas dans cette optique. Je vous en remercie.




Source : http://parlement.wallonie.be