La vulgarisation des études menées par les centres de recherche
14 mars 2016

QUESTION ORALE DE M. EVRARD A M. COLLIN, MINISTRE DE L'AGRICULTURE, DE LA NATURE, DE LA RURALITÉ, DU TOURISME ET DES INFRASTRUCTURES SPORTIVES, DÉLÉGUÉ A LA REPRÉSENTATION A LA GRANDE RÉGION, SUR « LA VULGARISATION DES ÉTUDES RÉALISÉES PAR LES CENTRES DE RECHERCHE »

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, j'ai eu l'occasion dernièrement, de faire une nouvelle fois la visite du Centre de recherche de Michamps – où j’ai pu revoir mon ancien professeur, c'est toujours agréable – et constater que finalement le centre réalise encore de nombreuses études qui représentent un intérêt non négligeable, à la fois pour les agriculteurs, les éleveurs et très souvent à la demande de la Région wallonne.

Malheureusement, nombre de ces études ne sont pas rendues publiques ni publiées faute de moyens. C'est assez surprenant, mais c'est ainsi. Certaines d’entre elles sont parfois mises en ligne sur les sites des différents partenaires, mais pas réellement communiquées aux principaux intéressés.

Pour ne citer qu'un exemple, on sait que la superficie agricole consacrée aux cultures fourragères et à la prairie représente plus de 50 % de la surface agricole utile wallonne. Des travaux ont été réalisés en la matière et les résultats de ces études permettent de mettre en valeur des techniques de fertilisation qui sont adaptées et qui devraient aider les agriculteurs à faire des bons choix en la matière, notamment en réalisant des économies dans les intrants sans parler des effets sur l'environnement.

C'est donc évidemment dommage que de tels types de travaux ne soient pas publiés. J'ai appris aussi que d'autres travaux, notamment des livrets de la collection Agri-nature, et d'autres études réalisées par l'ULG ne sont jamais publiés.

Monsieur le Ministre, je voulais donc avoir votre avis sur cette question.

Quelle est la part du budget « recherches et vulgarisation » qui est affectée à ce secteur ?

Comment pensez-vous pouvoir rendre de manière plus utile et plus efficace la diffusion de ce travail de fond qui est réalisé dans les centres de recherches ?

Quels sont les organismes chargés de la vulgarisation qui pourraient jouer un relais important à ce niveau ?

Les centres de recherches ne pourraient-ils pas bénéficier eux-mêmes d'un budget qui leur permettrait de publier les résultats de leurs recherches ?

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Collin.

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Infrastructures sportives, délégué à la Représentation à la Grande Région. - M. le Député, les projets de recherche subventionnés par la Région wallonne et gérés par l'administration incluent, dans leur programme de travail, des obligations de diffusion et vulgarisation de leurs résultats. Et souvent, d'ailleurs, ils sollicitent les moyens pour le faire.

Les chercheurs diffusent ces résultats d'une part, vers le monde scientifique et, d'autre part, vers le public-cible – agriculteurs et les secteurs connexes – via des communications lors de journées thématiques aussi : le livre blanc, les journées de l'élevage, et cetera, et via des publications de vulgarisation dans la presse agricole ou revues de vulgarisation.

Les organismes de développement subventionnés par la Région wallonne et cogérés par la profession doivent inclure, d'ailleurs, dans leur programme de travail, des activités de vulgarisation. Ce sont les centres pilotes, pour la partie végétale, et l'Agence Wallonne de l'Élevage, pour l'élevage.

Ils réalisent eux-mêmes la vulgarisation des informations – dont des résultats de la recherche – relevant de leur domaine d'activité sur le terrain ou via Internet.

En ce qui concerne les centres de recherche financés par la Région wallonne, comme le Centre wallon de Recherches Agronomiques, ou subsidiés comme le CER, ils organisent des journées thématiques destinées à présenter des résultats de recherches, et publient sur leurs sites Internet des informations sur les projets de recherche menés par leurs équipes.

Tous ces chercheurs travaillent en collaboration étroite avec les organismes de développement et de vulgarisation qui sont présents sur le terrain.

Ces activités sont coordonnées par mon administration, particulièrement le département développement qui organise notamment les soirées d'information, des journées de visite, des essais démonstratifs, tant avec les organisations agricoles qu'avec les comices et les centres d'étude les Centres d'études technique agricole. Ils assurent aussi la remontée des questions de la profession vers les centres de recherche.

Dans le domaine forestier, depuis 15 ans, la Région soutient un important travail de recherche via l'accord-cadre de recherche et de vulgarisation forestières qui développe des programmes de recherche directement en liaison avec la gestion multifonctionnelle de notre patrimoine forestier. Les résultats font régulièrement l'objet de publications dans des revues scientifiques. Les avancées ainsi obtenues sont traduites en programmes de formation continue à l'attention des gestionnaires forestiers publics et privés.

Je vous confirme enfin que les études de l'ASBL Fourrages mieux sont bien en cours de publication dans le cadre de la collection Les livrets de l'agriculture, ainsi que les livrets de la Collection Agri Nature.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard

M. Evrard (MR). - Merci Monsieur le Ministre.

Voilà une réponse qui sera de nature à les rassurer, notamment dans la fin de votre intervention. On sait que l'on reçoit parfois des tas de publications qui sont toutes intéressantes, je le confirme, mais l'important est aussi de pouvoir justement focaliser nos moyens sur des publications à caractère scientifique qui peuvent réellement apporter un plus dans le quotidien de nos agriculteurs.

P.W.- C.R.A.C. N° 129 (2015-2016) - Jeudi 17 mars 2016 62




Source : http://parlement.wallonie.be