Séjours linguistiques en enseignement de promotion sociale
19 avril 2016

Question de M.Yves Evrard à Mme Isabelle Simonis, de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances, intitulée «Séjours linguistiques en enseignement de promotion sociale»

M. Yves Evrard (MR)–Hasard du calendrier, ce matin encore, j’étais avec notre souverain pour le quinzième anniversaire d’un échange linguistique entre Neufchâteau et Minderhout.

En Région wallonne, un nouveau plan destiné à valoriser les formules de bourses et d’immersion lancées sous la précédente législature se met en place. La ministre Tillieux annonce l’octroi supplémentaire de plus de 1000bourses à partir de 2017 pour favoriser l’apprentissagedes langues. Plusieurs catégories d’apprenants sont visées par la mesure: principalement des rhétoriciens,mais également des demandeurs d’emploi ainsi que des étudiants en alternance. Les montants octroyés varient en fonction des catégories de public visées et des pays de destination.

Les apprenants de l’enseignement de promotion sociale trouveraient très certainement un avantage réel à se familiariser avec telle ou telle autre langue pour améliorer leurs connaissances.

Comme pour tous les autres élèves, une telle possibilité d’immersion constitue un atout supplémentaire lors d’une future recherche de travail.

Madame la Ministre, l’enseignement de promotion sociale permet-il aux élèves qui le souhaiteraient de bénéficier d’un stage d’immersion?

Dans la négative, ces étudiants peuvent-ils avoir accès aux bourses accordées par la Région wallonne? Si cela est prévu, comment les étudiants en sont-ils informés? Si tel n’est pas le cas, avez-vous pris contact avec votre homologue chargée de l’Emploi et de la Formation en Région wallonne pour élargir ces initiatives aux élèves de l’enseignement de promotion sociale? Que fait la Région bruxelloise à cet égard? S’il n’y a pas de stages linguistiques prévus, des laboratoires sont-ils accessibles aux étudiants, très nombreux, qui suivent un cursus en langues?

Mme Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances.–Les formations de l’enseignement de promotion sociale, en ce compris les cours de langues, sont organisées sous la forme d’unités d’enseignement. Ces dernières peuvent être soit organisées ou suivies isolément, soit capitalisées pour former des sections. Elles sont organisées sur la base de dossiers pédagogiques. Les dossiers propres à un réseau d’enseignement sont élaborés par les établissements scolaires et les pouvoirs organisateurs qui relèvent du réseau concerné. Ils sont approuvés par l’administration après avis du Service de l’inspection. Les dossiers interréseaux sont élaborés par le Conseil général. Le Service de l’inspection participe à la rédaction desdits dossiers, qui sont approuvés par l’autorité ministérielle.

Les dossiers fixent les acquis d’apprentissage à atteindre, mais également le programme de cours et les activités d’apprentissage, qui peuvent parfaitement comporter des activités en laboratoire de langues. II revient au Service de l’inspection, dans le cadre de ses missions, de s’assurer de l’adéquation du matériel didactique et de l’équipement scolaire aux nécessités pédagogiques. En application du principe de liberté pédagogique et organisationnelle, la décision d’effectuer un séjour linguistique ou un voyage à l’étranger dans le cadre d’une formation donnée relève des attributions des établissements et deleur pouvoir organisateur. Le séjour doit cependant rester conforme aux exigences prescrites par le dossier pédagogique, notamment dans la perspective de l’acquisition des compétences attendues au terme de la formation.

Les bourses de langues du FOREM sont accessibles aux étudiants qui suivent ou ont suivi un parcours dans l’enseignement de promotion sociale. Les conditions d’accès –domicile, âge, situation professionnelle–à ces bourses relèvent des autorités régionales et doivent donc être appréciées par celles-ci.

Au regard des éléments qui précèdent, il n’est à ce stade pas opportun de solliciter la systématisation de ces bourses pour l’enseignement de promotion sociale. Sachez toutefois que les contacts avec les entités régionales, tant wallonne que bruxelloise, sont nombreux, le but étant de développer, autant que possible, des partenariats et des synergies au bénéfice des apprenants et étudiants, cela dans tous les domaines.

M.Yves Evrard (MR). –Si j’entends bien, l’un n’exclut pas l’autre et les stagiaires peuvent bénéficier d’une aide régionale qui ne rentre pas dans le cadre de l’enseignement de promotion sociale. J’ai bien entendu votre rappel des dispositifs et du fonctionnement actuels

18/04/2016




Source : http://parlement.wallonie.be