Formation des conseillers islamiques en prisons
03 mai 2016

Question orale de M.Yves Evrard à Mme Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances, intitulée «Formation des conseillers dans les prisons»

M. Yves Evrard (MR). –Madame la Mi-nistre, lors d’une interview dans la presse, le président de l’Exécutif des musulmans de Belgique annonçait qu’il souhaitait vous rencontrer afin d’aborder avec vous la formation des conseillers islamiques dans les prisons.

Pouvez-vous nous faire part des conclusions de votre rencontre? Des demandes particulières ont-elles été formulées?

Avez-vous évoqué la possibilité de faire profiter ces conseillers islamiques du module de formation déjà existant ou souhaitez-vous créer de nouveaux modules plus adaptés à la fonction?

La réflexion autour d’une meilleure formation des personnes représentant un culte ou la laïcité est-elle à l’ordre du jour? Le dossier a-t-il été abordé avec les ministres fédéraux compétents?

Mme Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances.–Comme vous le savez sans doute, mon collègue Jean-Claude Marcourt a voulu la création d’une commission Islam de Belgique, chargée de réfléchir à la formation des cadres musulmans dans notre pays. Elle est présidée par Françoise Tulkens de l’UCL et par Andrea Rea de l’ULB.

Sur la base des conclusions de cette commission, le ministre Marcourt a présenté diverses mesures politiques qu’il entend mettre en œuvre de manière progressive.

L’une d’entre elles consiste en l’organisation de formations théologiques et/ou sociétales à destination des conseillers moraux qui interviennent en milieu pénitentiaire.

C’est en vue de la concrétisation de cette mesure que l’enseignement de promotion sociale a été sollicité, pour son expertise, mais aussi en tant qu’opérateur susceptible de concevoir et d’organiser les modules de formation requis.

La récente rencontre que vous évoquez entre le président de l’Exécutif des musulmans de Belgique, mon cabinet et celui du ministre Marcourt s’inscrit dans ce contexte spécifique. Elle avait pour objectif de cerner les besoins à rencontrer dans la mise en place des formations envisagées.

En accord avec l’Exécutif des musulmans de Belgique, l’une des orientations privilégiées serait de mieux outiller les conseillers islamiques dans les domaines de l’accompagnement civil et de l’accompagnement social.

Plusieurs dossiers pédagogiques pourraient donc être créés dans cette perspective, avec pour ambition de permettre aux conseillers islamiques de renforcer des compétences et des techniques en matière de communication, de psychologie, de médiation ou encore de droit pénal. Complémentairement, il s’agirait de nourrir chez eux une attitude réflexive quant à leur positionnement d’intervenant.

Vous conviendrez aisément avec moi qu’à la suite de ces premiers échanges, il m’est difficile de vous apporter une liste de mesures définitivement arrêtées de commun accord et pouvant être mises en œuvre avant que la réflexion soit pleinement terminée. Le travail et la concertation seront poursuivis dans les semaines qui viennent.

Sachez qu’à mes yeux, l’enseignement de promotion sociale se doit d’être à l’écoute des enjeux sociétaux. C’est pourquoi il m’est apparu essentiel de répondre favorablement aux sollicitations qui m’ont été adressées dans le cadre de cet intéressant projet, dont nos établissements pourraient être des acteurs utiles.

Par sa flexibilité et sa capacité à répondre rapidement à des besoins sociaux, notre enseignement de promotion sociale démontrerait aussi, une fois de plus, son rôle essentiel dans la formation continue des personnes et le développement de la citoyenneté.

M.Yves Evrard (MR). –Je me réjouis que les réunions aient eu lieu.

Vous avez pu prendre connaissance des besoins. En revanche, vous n’avez parlé ni d’objectifs ni d’évaluation, car j’imagine que cela va de soi.

Si vous pouvez consacrer des moyens à la formation des conseillers islamiques, il est important de leur faire connaître les objectifs de leur mission. Il est essentiel de les responsabiliser afin qu’ils obtiennent des résultats, et ce dans l’intérêt global de notre société.

CRIc No100-Ens prom12(2015-2016)




Source : http://parlement.wallonie.be