Les travaux d'aménagement et de sécurisation le long de la nationale 4
20 juin 2016

Question orale de M. Evrard à M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine, sur « les travaux d’aménagement et de sécurisation le long de la nationale 4 »

Mme la Présidente. - L'ordre du jour appelle la question orale de M. Evrard à M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine, sur « les travaux d’aménagement et de sécurisation le long de la Nationale 4 ».

La parole est à M. Evrard pour poser sa question.

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, vous le savez comme moi, les débats qui concernent les investissements routiers ont toujours animé notre Parlement. Votre Gouvernement a annoncé un investissement de 640 millions d'euros en quatre ans pour la remise en état et la sécurisation des routes et ses voies d'eau.

Plus précisément, 565 millions d'euros seront consacrés aux infrastructures routières avec une priorité accordée au réseau structurant.

Comme vous le savez, la Nationale 4 constitue un axe important de Wallonie, elle fait partie du réseau structurant et, très logiquement, eu égard à l'état de certains tronçons, des travaux sont entrepris et vont être entrepris à différents endroits, de même que des travaux de sécurisation. Notamment à travers le plan Routes, on peut voir que deux tronçons vont connaître ces types de travaux en matière de revêtement : le tronçon Fauvillers-Bastogne-Martelange et une zone sur Tenneville.

Monsieur le Ministre, quand on se balade sur cette voirie, l'on peut voir qu'à d'autres endroits de cette nationale, il y a aussi des tronçons qui sont également très détériorés, parfois de manière plus ponctuelle, j'en conviens. Mais quel est aujourd'hui le programme que vous souhaitez mettre en œuvre pour justement résorber ce problème ?

À votre connaissance, la qualité du revêtement est-elle un élément accidentogène qui est déterminant le long de cette nationale ?

Puisque j'évoque la problématique des travaux, notamment une voirie qui a souffert énormément à travers les intempéries que l'on a connues ces derniers jours, l'on peut aussi s'interroger quand on voit – et je comprends qu'il y a parfois des situations d'urgence qui obligent à réagir très vite – que l'on pose des revêtements dans des conditions climatiques parfois difficiles, ce n'est jamais un gage de qualité à long terme.

Je vois dans les pays voisins que lorsque les conditions sont délicates, on stoppe tout de suite les travaux pour être certains de pouvoir dépenser son argent à bon escient et de manière durable. C'était l'occasion aussi d'avoir votre avis sur cette manière de procéder.

Mme la Présidente. - La parole est à M. le Ministre Prévot.

M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine. - Merci, Monsieur le Député, pour votre question.

En réponse à celle-ci, je vous informe tout d'abord que pour aboutir au plan Infrastructures 2016-2019, il y a eu tout un processus d'identification des besoins qui ont été classés en fonction de leurs enjeux, par thématique, telles que – pour en reprendre les principales – les revêtements, la sécurité et les traversées d'agglomérations ou, encore, les extensions du réseau.

Bien entendu, il existe des besoins qui répondent à différents enjeux et qui pourraient être placés dans plusieurs thématiques. Mais il a été décidé de placer chaque besoin dans un seul silo en fonction de la thématique la plus importante. Et donc, Monsieur Evrard, nous avons dans le plan infrastructures, sur la Nationale 4, des dossiers qui ont été placés dans la rubrique « Sécurité et traversée d'agglomérations » et non dans la rubrique « Revêtements ». Mais le renouvellement du revêtement est, bien entendu, prévu.

C'est ainsi que la Nationale 4 va bénéficier aussi, outre les deux tronçons que vous citez, ceux de Bastogne-Fauvillers-Martelange, et de Tenneville :

  • d'une rénovation des revêtements à Arlon, pour la sécurisation du carrefour du Lidl 
  • à Arlon, toujours, pour la sécurisation entre Arlon et Steinfort ;
  • à Martelange, pour la sécurisation ;
  • à Martelange, encore, pour la réhabilitation de revêtement à Warnach ;
  • à Nassogne, pour la sécurisation de la traversée de Bande ;
  • à Namur, pour la sécurisation de la chaussée de Waterloo ;
  • à Namur, pour l'aménagement des voiries pour la gare et la création d'un giratoire.

De plus, au plan Infrastructures 2016-2019, s'ajoutent des moyens complémentaires de réfection des revêtements sur des budgets classiques de la SOFICO avec lesquels d'autres projets sur la Nationale 4 sont retenus, tels qu'à Wavre la réhabilitation du revêtement, à Wahlain la réhabilitation du revêtement et même chose à Ciney-Hogne, pour 7 millions d'euros rien que pour ce tronçon-ci.

J'ajouterai également que les baux d'entretien permettent aux services de la DGO1 d'intervenir pour des réparations ponctuelles quand cela s'avère nécessaire.

Pour répondre à votre dernière question, non, à ma connaissance, l'état du revêtement ne constitue pas une cause d'accidents déterminante le long de la Nationale 4, en tout cas pas plus a priori là qu'ailleurs, si cela devait être le cas.

Vous l'aurez constaté, les travaux prévus couvrent globalement toutes les sections actuellement dégradées de la Nationale 4. La sécurité et le confort des usagers n'en seront qu'augmentés et je m'en réjouis.

Mme la Présidente. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Merci, Monsieur le Ministre.

Je serais tenté de vous dire finalement : « quel beau programme, que de belles ambitions », mais c'est finalement la moindre des choses à partir du moment où l'on prélève une taxe kilométrique, il est logique de résorber en tout cas le fossé qui existe parfois dans certaines voiries, de manière à rendre....

M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine. - C'est logique, mais j'attire votre attention sur le fait que seule la Wallonie a considéré que c'était logique. Raison pour laquelle elle a fait une redevance.

M. Evrard (MR). - Oui, peu importe. Ici, en l'occurrence....

M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine. - Mais j'aime que vousle souligniez. C'est tout.

M. Evrard (MR). - La remarque est pertinente. L'objectif est en tout cas d'arriver à un résultat intéressant et donc j'attire une nouvelle fois votre attention sur des tronçons qui pourraient être oubliés, de manière à ce que l'on puisse y être extrêmement attentifs.

J'espère en tout cas qu'en matière de réalisation des travaux, vous aurez toujours un œil attentif pour faire en sorte que les produits et la marchandise soient mis dans de bonnes conditions de manière à éviter des malfaçons et des problèmes qui risquent de se reposer si l'on n'est pas attentifs. On l'a connu dans le passé et si l'on a de bonnes résolutions, si l'on a les moyens aujourd'hui, je crois qu'il faudra aussi être très vigilants sur la manière dont tout cela va être mis en œuvre.

M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine. - Vous avez raison et c'est pour cela que j'en profite pour compléter le propos en rappelant que dans le cadre des réductions de personnel que l'on connaît, il a été décidé par le Gouvernement, malgré tout, d'engager huit équivalents temps plein à la DGO1 ou à la DGO2, et j'ai souhaité les mettre intégralement à la DGO1, exclusivement pour des opérations de contrôle.

Donc, c'est huit contrôleurs qui vont être engagés de manière complémentaire.




Source : http://parlement.wallonie.be