Les liaisons rail et la proposition d'une coopérative
21 juin 2016

Question orale de M. Evrard à M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, sur « les liaisons « entreprises-rail » et une proposition de création d'opérateur de proximité via une coopérative »

M. le Président. - L'ordre du jour appelle la question orale de M. Evrard à M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, sur « les liaisons « entreprises-rail » et une proposition de création d'opérateurs de proximité via une coopérative ».

La parole est à M. Evrard pour poser sa question.

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, on sait que la problématique du rail est complexe et subit des contraintes budgétaires et économiques inévitables. On sait aussi que B Logistic ne peut plus se permettre notamment de desservir des petites entreprises, parfois plus reculées dans le territoire, mais qui sont malgré tout reliées au rail parce qu'il y a une question d'économie d'échelle et, au niveau de la taille, il est impossible de former des convois complets qui sont rentables en tout cas ou qui permettent une certaine rentabilité.

C'est dans ce contexte que certains opérateurs ferroviaires privés, de proximité, peuvent mettre en œuvre des projets qui comblent ces lacunes. Une des idées est de développer une activité de cabotage consistant à aller chercher des wagons isolés auprès des entreprises raccordées au rail pour les amener à une gare de rassemblement. Les convois sont alors pris en charge notamment par B Logistic qui y trouve là son compte puisque justement en termes de capacité, il a affaire à des convois beaucoup plus importants.

Dans le sud de la Province de Luxembourg, une coopérative est en cours de formation. Elle est au stade exploratoire pour proposer ce genre de service. Elle aurait sollicité vos services afin d’obtenir, via la SOWECSOM et le dispositif Brasero, une aide financière ou à tout le moins un accord de principe sur la possibilité d'aller plus en avant dans le projet.

C'est un projet qui paraît intéressant et au-delà de l’intérêt évident pour les entreprises qui sont installées sur le territoire, qui sont raccordées au rail et qui ont utilisé par le passé des activités de ferroutage, ce genre de dispositif pourrait également permettre à nos zonings existants, je pense particulièrement au zoning de Neufchâteau d'Ardenne Logistic, de pouvoir assurer une forme de promotion et rassurer les investisseurs. C'est une manière de dire à l'investisseur : « Venez vous installer, on a un territoire, on a un espace disponible. Mais au-delà de cela, cet espace, bimodal ou trimodal, est raccordé au rail et nous avons déjà les opérateurs à même de vous apporter ou de vous approvisionner à partir du rail des produits de base pour réaliser vos activités ». Je pense que c'est là vraiment une idée qui doit être développée.

Monsieur le Ministre, je voudrais avoir votre sentiment sur cette alternative, cette idée de coopérative qui pourrait réaliser ce genre de tâche. Êtes-vous disposé à soutenir ce genre d'initiative ?

Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse.

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Marcourt.

M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique. - Monsieur le Député, la redynamisation du fret ferroviaire est un enjeu important pour notre Région et l'un des freins majeurs est effectivement les coûts importants engendrés par le trafic dit « diffus » qui se caractérise par un assemblage de lots différents de wagons ayant des origines et des destinations diverses. Par définition, ce type de trafic nécessite de lourds investissements en gares de triage, ainsi qu'en main-d'œuvre pour effectuer les manœuvres.

Afin de tenter d'apporter une solution à ce problème, le projet pilote d'un opérateur ferroviaire de proximité – OFP – a été lancé à la mi-2015 par Cœur du Hainaut. Ce projet a pour mission d'augmenter la compétitivité des entreprises, leur attractivité, d'abaisser les coûts, d'ajouter l'atout de la flexibilité au transport des marchandises par rail.

Le projet que vous abordez dans votre question est à l'état de réflexion et je n'ai, à ce stade, reçu aucun dossier ni même ébauche de dossier me permettant de me faire une opinion concrète.

À ma connaissance, des contacts ont été pris entre la SOWECSOM et le porteur du projet, mais sans qu'une procédure de soutien, sous une forme ou sur une autre, ne soit ici envisageable en raison du nombre de points qui restent encore à éclaircir sur la faisabilité de celui-ci.

Je pense ici à des questions aussi élémentaires que le montant des investissements, le type et le volume des recettes, le nombre et le volume de clients potentiels.

Votre question appelle également deux réflexions.

Le désinvestissement au niveau du groupe SNCB, particulièrement marqué au sud, a un impact majeur sur les politiques économiques que nous pouvons mener. La logistique et le transport sont des leviers majeurs du développement et l'absence de perspectives à long terme sur ces sujets est d'ailleurs un problème.

Sur le projet en tant que tel, et à l'instar de ce qui prévaut dans l'ensemble des dossiers et pour l'ensemble des outils en Wallonie, mon point de vue est toujours guidé par la faisabilité économique et ses retombées positives pour le tissu de la Région, par la pérennité qu'il va pouvoir donner aux investissements et, bien sûr, par les emplois qu'il pourra créer.

Je resterai en tout cas très attentif à cette démarche qui me paraît en principe intéressante, mais qui aujourd'hui n'a pas pu déployer techniquement tous ses contours.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Merci beaucoup, Monsieur le Ministre, pour votre réponse qui correspond aussi à mon état d'esprit. Je l'ai dit, le projet est au stade exploratoire et effectivement, un plan financier détaillé et réaliste sera nécessaire pour justement voir la possibilité de mettre en œuvre un tel dispositif. Il n'en reste pas moins que, comme vous, je serai également très attentif sur ce projet parce que cela peut être, comme vous l'avez dit, un excellent levier pour les zones rurales et permettre une manière de repenser la manière de réaliser notre économie, principalement pour les entreprises reliées au rail.




Source : http://parlement.wallonie.be