Le chiffre interpellant du nombre de suicides dans les PME et TPE
20 août 2016

Le chiffre interpellant du nombre de suicides dans les PME et TPE

  • Session : 2015-2016
  • Année : 2016
  • N° : 1317 (2015-2016) 1
  • Question écrite du 22/07/2016
    • de EVRARD Yves
    • à PREVOT Maxime, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine


Selon la presse, le nombre de suicides d’indépendants ne cesse d’augmenter en Belgique  : l’on parle de un suicide tous les 3 jours  et les entreprises les plus touchées seraient les TPE. Même si ces chiffres sont à relativiser et nonobstant l’effet d’annonce de l’article de presse en question qui semble un peu réducteur, cela n’en reste pas moins interpellant.

Le Syndicat des indépendants (SDI) expliquerait cet état de fait par la pression quotidienne subie, les charges liées aux tracasseries administratives et l’isolement des entrepreneurs de TPE. Il en appelle à la Région wallonne pour dégager des pistes vers un meilleur soutien social des entrepreneurs.

Monsieur le Ministre dispose-t-il de chiffres corroborant cette information  ?

Le malaise dans le monde entrepreneurial est-il réel, notamment au niveau des TPE  ?

Déjà en 2014, l’UCM de Liège s’est associée au réseau Sentinelle (Plan de prévention du suicide). Récemment, Facebook annonce qu’il va déployer pour tous ses utilisateurs une fonction de prévention des suicides qui permet de signaler les statuts suicidaires.

D’autres organismes en rapport avec le monde entrepreneurial tirent-ils la sonnette d’alarme  ? Outre l’UCM de Liège, d’autres structures se sont-elles inscrites dans une démarche similaire au réseau Sentinelle ?

Quelle est l'analyse de Monsieur le Ministre et leur analyse face à ce constat  ?

Enfin, l’on parle beaucoup de simplification administrative, d’accompagnement des entreprises. Comment alors expliquer le chiffre annoncé  ?

Dans le monde agricole, l’organisation Agricall est chargée depuis 2005 d’accompagner les agriculteurs en difficulté et reçoit le soutien de la Région wallonne.

A son tour, quels sont les mécanismes mis en place ou les pistes que Monsieur le Ministre pourrait dégager avec son collègue en charge de l’Economie pour apporter ce soutien moral aux entreprises  ?

  • Réponse du 18/08/2016
    • de PREVOT Maxime


Comme l'honorable membre n'en donne pas la source, je n'ai pas pu vérifier les chiffres que vous citez et je peux donc difficilement les expliquer de façon précise. En effet, les statistiques dont nous disposons ne permettent pas de différencier les activités professionnelles des personnes qui se sont suicidées. L’Observatoire wallon de la santé est en tout cas occupé à actualiser les données disponibles en rapport avec le suicide et insérera ces informations dans une publication plus générale sur la santé mentale et le suicide vers la fin de cette année.

Le taux élevé de suicide en Wallonie est de toute manière une préoccupation majeure, quel que soit le secteur. Pour lutter contre ce phénomène, la Wallonie a depuis longtemps développé une politique de santé mentale globale qui vise à couvrir l'ensemble du territoire pour atteindre toutes les personnes qui en auraient besoin. De manière générale, dans la prise en charge des détresses psychologiques, je subventionne les services de santé mentale et les centres de téléaccueil accessibles à toute la population via un numéro gratuit '107', disponible 24h/24. Plus spécifiquement en matière de prévention du suicide, la Wallonie soutient depuis 2008 l’ASBL « Un pass dans l’impasse », un centre de prévention du suicide et d’accompagnement. Je subventionne également le Centre de référence information suicide (CRIS), qui est destiné aux professionnels et qui a été reconnu en 2013, comme « Centre de référence en santé mentale spécifique suicide ».

Comme l'honorable membre le mentionne, nous soutenons aussi une initiative, Agricall, destinée à soutenir les agriculteurs en difficultés (en France, l’agriculture est la profession au taux de suicide le plus élevé). Le 24 mai 2016, le Parlement wallon a proposé une résolution visant à améliorer le soutien social aux agriculteurs, à réaliser une étude pour objectiver les chiffres relatifs au suicide des agriculteurs et à analyser le taux de précarité parmi les familles d’agriculteurs.

Quant au réseau Sentinelles en développement en Province de Liège, il s’agit d’une démarche initiée depuis le printemps 2010, afin d’examiner la possibilité d’adapter à cette province un dispositif nommé « Réseau sentinelles en prévention du suicide » inspiré d'un modèle développé au Québec depuis 1998. L'Union des classes moyennes de Liège a décidé d'adhérer à ce réseau « Sentinelles » mis sur pied par la Province de Liège.

Pour répondre à une des questions de l'honorable membre, d'autres structures sont effectivement présentes dans le réseau « Sentinelle », comme les services de police, l'administration provinciale, des entreprises ou encore des agriculteurs. L'objectif de cette initiative est de former des adultes à entrer en contact avec des personnes suicidaires.

Une partie du monde entrepreneurial a effectivement besoin de soutien en Wallonie et le Gouvernement soutient des initiatives dans ce sens. J'invite l'honorable membre à interroger mon collègue en charge de l’Économie à ce propos.

La Wallonie continuera à lutter également pour prévenir le suicide de manière générale via ses associations subventionnées et, comme le recommande l’OMS, en faisant la promotion d’outils qui ont fait leurs preuves.




Source : http://parlement.wallonie.be