Renouvellement du PADE et les synergies avec la Wallonie
20 septembre 2016

Question écrite de Yves Evrard, Député,
à Madame Joëlle Milquet, Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance sur le renouvellement du PADE et les synergies avec la Wallonie.

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé, en juin dernier, le renouvellement du Plan d’action Droits de l’enfant (PADE) pour la période 2015-2017. Ce nouveau plan d’action comporte une série d’objectifs et de mesures contribuant à la réalisation des droits de l’enfant, déclinées en trois axes prioritaires :

1. La lutte contre les inégalités sociales et les discriminations ;

2. L’information, la formation et l’éducation aux droits de l’enfant ;

3. La participation et la gouvernance des droits de l’enfant.

Ce premier axe visant à lutter contre les inégalités sociales, référencé comme troisième axe lors du premier plan, prend aujourd’hui toute son importance lorsque l’on sait que les chiffres relatifs à la pauvreté infantile ne font qu’augmenter du côté francophone du pays.

Madame la Ministre, ce premier axe du nouveau PADE fait sensiblement écho au Plan wallon de lutte contre la pauvreté sans aborder réellement les synergies concrètes qui pourraient être réalisées entre la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pouvez-vous, dès lors, nous renseigner sur les mesures concrètes qui seront prises dans les mois à venir quant à la lutte contre la pauvreté infantile ?

Je vous remercie.

Réponse de Madame la Ministre Greoli, Ministre de la Culture et de l’Enfance

Monsieur le Député,

Comme demandé à ma prédécesseur, voici ma réponse concernant le renouvellement du PADE et les synergie avec la Wallonie.

Concernant l’Enfance, l’ONE a élaboré un plan de mobilisation sur le thème : « précarité, périnatalité et enfance », qui articule une série d’actions prioritaires qui visent la réduction de l’impact des inégalités sociales sur le bien-être et le développement de l’enfant, tout en garantissant un service universel de qualité accessible à tous. Ce plan porte sur la période 2015-2018.

L’idée est bien de garder un service universel de qualité accessible à tous avec une attention accrue aux enfants précarisés.

Les 4 axes du Plan sont :

  1. Mieux connaître les besoins des enfants en situation d’inégalités sociales.
  1. Promouvoir le bien-être et favoriser le développement de l’enfant en situation de précarité.
  1. Renforcer l’accessibilité à tous et la disponibilité des services pour les enfants (accessibilité primaire et secondaire).
  1. Développer l’accompagnement, le support et le travail en réseau des professionnels (formations, outils, référentiels,…).

Plus de 30 actions y sont présentées au regard des 4 axes précités.

Parmi les actions prioritaires du plan, citons notamment :

  • la création de nouvelles plateformes prénatales dans les provinces de Liège et du Hainaut et le renforcement du subventionnement des services périnataux qui s’adressent spécifiquement aux populations les plus précarisées,
  • la signature de contrats villes-ONE pour favoriser les interrelations entre l’Office, les administrations communales et le secteur associatif, envisager globalement l’ensemble des politiques liées à l’enfance et soutenir leur intégration à l’échelle locale,
  • la réforme de la réglementation de l’accueil et son adaptation aux nouveaux besoins des familles et des enfants,
  • un soutien accru aux actions des écoles de devoirs,
  • l’évaluation des actions du plan de mobilisation sur la réduction des inégalités sociales et de santé.

Le plan de mobilisation réaffirme le rôle central de l’ONE en matière de lutte contre la pauvreté infantile et insiste sur la nécessité d’affecter les moyens nécessaires à la pérennisation et au déploiement de son action préventive de service public.

Le Conseil d’administration de l’ONE a approuvé ce plan le 25/06/2015.

L’Office dispose également d’un outil de monitoring de la santé des mères et de l’enfant : la Banque de Données médico-sociale (BDMS). Sur base de différents indicateurs socio-sanitaires, la BDMS constitue un véritable outil de pilotage pour le suivi préventif en permettant notamment des ajustements, au niveau communautaire et régional, des actions et missions de l’Office. Elle permet également aux professionnels de mieux tenir compte des situations d’inégalités qu’ils rencontrent dans leur public.

Je vous remercie pour votre question.

Alda GREOLI

Vice-Présidente et Ministre de la Culture et de l’Enfance




Source : http://parlement.wallonie.be