La plate forme Waiters à Bruxelles et l'évolution du projet de comptoir hotelier en Wallonie
19 décembre 2016

Question orale de M. Evrard à M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région, sur « la plateforme Waiters mise en place à Bruxelles et l’évolution du projet de comptoir hôtelier en Wallonie »

Mme la Présidente. - L'ordre du jour appelle la question orale de M. Evrard à M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région, sur « la plateforme Waiters mise en place à Bruxelles et l’évolution du projet de comptoir hôtelier en Wallonie ».

La parole est à M. Evrard pour poser sa question.

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, le secteur de l’Horeca doit régulièrement avoir recours en dernière minute à du personnel qualifié ou expérimenté dans le secteur. Ce n'est d'ailleurs pas finalement propre au secteur de l'Horeca. On sait que dans le domaine agricole ou horticole, on se retrouve face à ce même genre de phénomène. Pour répondre à cette demande, une plateforme nommée Waiters a été créée depuis quelques semaines pour la région de Bruxelles.

L'objectif est de mettre en connexion les responsables d’établissements bruxellois et la main-d'œuvre disponible qualifiée dans le domaine. Actuellement, il ne s’agit que d’un groupe Facebook privé, mais qui compterait déjà 1 200 membres avec des profils variés : chefs de rang, sommeliers, commis, et cetera.

Des restaurants renommés dans la capitale sont déjà conquis par la formule dont l'offre est amenée à évoluer très rapidement.

Monsieur le Ministre, existe-t-il une initiative similaire en Wallonie ? La fédération Horeca Wallonie offre-t-elle un service similaire ? Avec quel succès ? Une demande de la part du secteur vous a-t-elle été proposée à ce niveau ?

Ceci m'amène au deuxième point de ma question. Je voulais vous interroger sur la manière dont vous souhaitez mettre en place le projet de comptoir hôtelier en Wallonie. Cela pourrait être là aussi une de ses fonctions. En mars dernier, vous nous annonciez votre intention de l'installer en collaboration étroite avec votre collègue en charge de l'économie et notamment en référence au comptoir hôtelier luxembourgeois.

Suite au travail d'analyse sectorielle qui a été réalisé par l'IWEPS et dont vous avez sans doute pu prendre connaissance des résultats en mai dernier, avez-vous pu, Monsieur le Ministre, dresser un contour de ce futur comptoir hôtelier ? Pouvez-vous faire le point sur l'évolution de ce dossier ? Un calendrier a-t-il été établi pour la mise en place du projet ? Dans le cadre de cette construction, un service similaire à celui que propose la plateforme Waiters pourrait-il être initiéepar ce comptoir hôtelier ?

Mme la Présidente. - La parole est à M. le Ministre Collin.

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région. - Monsieur le Député, le secteur Horeca est un secteur à haute intensité de main d'œuvre qui, comme vous le mentionnez, doit régulièrement avoir recours en dernière minute à du personnel qualifié ou expérimenté.

Pour combler leur besoin en personnel occasionnel, les employeurs tentent de se constituer une réserve d'extras, mais généralement, faute de candidats, ils recourent de plus en plus aux travailleurs intérimaires.

Néanmoins, ce recours au secteur de l'intérim a aussi ses inconvénients, à savoir des coûts de prestations plus élevés et des travailleurs peu qualifiés.

Dans ce contexte, nous pouvons comprendre que le secteur Horeca développe des alternatives comme la plateforme privée Waiters mise en place à Bruxelles et qui s'appuie sur les réseaux sociaux comme canal de recrutement.

En Wallonie, la Fédération HORECA Wallonie a toutefois opté pour d'autres alternatives. Avec les autres interlocuteurs sociaux du secteur HORECA, elle a souhaité s'impliquer davantage dans le processus qualifiant de la validation des compétences pour les métiers en pénurie. D'ailleurs, le Centre wallon de Formation et de Perfectionnement du secteur Horeca, situé à Jambes, sera prochainement agréé pour la validation des compétences concernant cinq fonctions sectorielles importantes, à savoir les trois profils finalisés de cuisinier, de barman et de serveur ainsi que les profils de réceptionniste et de gouvernante d'étage. Cette reconnaissance sectorielle des compétences des candidats sera un gage pour les employeurs de disposer d'un personnel qualifié et expérimenté.

En ce qui concerne le projet de comptoir hôtelier, et après réunions de travail avec la Fédération HORECA, il a été décidé que l'opérateur le plus adéquat pour mener à bien cette mission était la Fédération HORECA elle-même. Elle renverra vers les différents acteurs professionnels appelés à répondre aux questionnements les plus divers des hôteliers.

Le Commissariat général au tourisme jouera bien entendu un rôle actif dans la dynamique.

Mme la Présidente. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Merci Monsieur le Ministre pour cette réponse rapide. La commande était à peine passée que j'ai déjà eu le plat consistant à la vitesse grand V ! Simplement deux remarques. J'entends bien votre réorientation concernant le comptoir hôtelier en Wallonie. Pas de problème.

Par contre, j'entends bien aussi que la Wallonie a fait le choix d'une alternative notamment en ce qui concerne la formation qualifiante. L'un n'empêche pas l'autre. Rien n'empêche de former. Cela veut peut-être dire, on l'a souvent souligné, que l'on a un retard de formation en Wallonie dans le domaine particulier de l'Horeca. Une fois que l'on aura ce personnel formé, en espérant que les nouvelles structures mises en place soient particulièrement efficaces et rapides que la réponse que vous venez de me formuler, il ne serait pas inutile, notamment à travers le comptoir hôtelier, de pouvoir mettre en place une initiative similaire à ce qui se fait à Bruxelles, Waiters, qui pourrait être un produit d'appel et faire en sorte que l'ensemble du secteur puisse régulièrement, à travers le portail ou le comptoir hôtelier luxembourgeois, trouver de la main-d'œuvre qualifiée. Ce serait aussi une belle manière de faire la promotion de celles et ceux qui, à travers une formation, pourront acquérir des compétences dans le domaine de l'Horeca.




Source : http://parlement.wallonie.be