Projet de mission sur les politiques touristiques et agricoles en Rhénanie
30 janvier 2017

Projet de mission sur les politiques touristiques et agricoles en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne)

M. Evrard (MR). - Madame la Présidente, voilà une proposition. On ne peut pas dire que l'on a fait énormément de missions à l'étranger, de manière un peu à nourrir et à alimenter nos travaux. Une suggestion était justement de se rendre dans cette région du Sauerland, une région qui n'est pas très éloignée de la Wallonie puisqu'elle se trouve à environ 150 kilomètres de Liège.

C'est une région qui présente pas mal de similitudes non pas par rapport à la Wallonie, mais plus particulièrement à la Province de Luxembourg, puisque c'est une région vallonnée et c'est une région où l'on peut y rencontrer toutes les matières dont nous discutons ici, à la fois sur le plan touristique. C'est une région, et notamment à travers la Ville de Winterberg, qui a accueilli les Championnats du monde de bobsleigh. C'est une région rurale, avec une altitude moyenne de 700-800 mètres, et qui doit tous les jours se battre par rapport à l'exode rural, par rapport au développement de son tissu économique et touristique.

Il serait intéressant d'aller voir de quelle manière nos voisins allemands s'y prennent dans ces matières. J'ai pu comprendre que notamment dans le cadre du développement touristique, il y a des ponts et des liens forts établis avec la Hollande où il y a des navettes régulièrement organisées. On peut voir dans cette région qu'ils ont essayé de diversifier l'offre, tant en matière d'hébergement qu'en matière d'activités touristiques, de manière quelque part à attirer tout au long de l'année une clientèle à ce niveau.

Dans le domaine agricole et forestier, je l'ai dit, c'est une région qui est aussi relativement pauvre, notamment sur le plan cultural. On a principalement une agriculture d'élevage. En ce qui concerne le monde de la forêt, c'est aussi une région où il y a des enseignements à tirer, puisque c'est une région qui a connu en 2007 d'énormes tempêtes qui ont ravagé l'ensemble des peuplements qui se trouvaient principalement sur les sommets. Depuis 2007, on y trouve une forme de diversification à travers la production d'arbres de Noël qui est bien implantée là-bas. Vous savez qu'il existe en Europe différentes zones de production au niveau européen. Il est clair que c'est une région concurrente à notre Ardenne, qui n'est pas si loin de chez nous.

C'est en ce sens que cela peut être intéressant dans le cadre de nos travaux ; c'est une région qui a pu trouver ou mettre en place des règles et des mécanismes, notamment à travers les normes PEFC, pour y cultiver des sapins de Noël en zone forestière avec toute une série de contraintes, notamment sur le plan environnemental. Il serait souhaitable de s'inspirer de ce qui a été fait là-bas dans le cadre des arrêtés d'exécution du CoDT, où le ministre aura des choix à poser pour compléter le texte qui a été adopté en séance plénière il y a quelques mois.

Voilà les raisons qui me poussent à vous suggérer cette mission, sachant que ce n'est pas le bout du monde, c'est une région voisine. Elle s'inscrit aussi dans le cadre de la Grande Région, puisqu'elle est contiguë à la Grande Région. C'est peut-être aussi l'occasion justement de voir ce qui se passe, de voir la manière avec laquelle la mentalité allemande fait face aux défis qui sont bien souvent similaires à ceux de notre Région.

Voilà la proposition, en sachant qu'en fonction des contacts que l'on pourrait nouer là-bas, cela déterminera l'agenda et la manière d'organiser la mission à ce niveau.

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué la Représentation à la Grande Région. - M. Evrard m'avait parlé de sa démarche et j'ai un peu investigué pour en savoir davantage sur cette région que je ne connais pas.

Juste un petit correctif, c'est qu'en fait le Sauerland n'est pas contigu au territoire de la Grande Région, puisqu'il se rapproche de la Rhénanie-Palatinat en jouxtant le nord-est de la Hesse ; on n'est pas contre la Grande Région.

Je voudrais juste rappeler pour mémoire tous les contacts qui sont noués dans la Grande Région, à la fois sur l'agriculture depuis qu'il y a maintenant un vrai groupe de travail « agriculture et forêts » et également dans la politique touristique, puisque j'ai eu l'occasion de réunir les ministres du Tourisme pour la première fois en 2016.

Il y a deux choses intéressantes par rapport à la proposition de M. Evrard. D'abord, le fait que c'est une région très forestière, elle est aussi touristique. Par rapport à des passerelles entre nos tourismes, les distances qui sont un tout petit peu plus grandes et le fait que ce ne soit pas dans la Grande Région, c'est-à-dire dans un territoire où il y a déjà pas mal de tissu relationnel ; ce n'est pas évident de nouer des passerelles fécondes en termes de rentabilité touristique. Par contre, sur l'approche de la politique forestière, c'est sûrement intéressant et également par rapport à la production de sapins de Noël, puisque, vous l’avez dit, c’est un des concurrents de nos pépiniéristes ardennais.

Je disais à M. Evrard tout à l’heure en aparté qu’il existe dans le Sauerland, d’après ce que l’on m’a dit, une foire forestière bisannuelle et itinérante, du style de Demo Forest que va connaitre Libramont cette année. La prochaine édition a lieu en septembre 2017. C’est une foire qui rassemble tous les professionnels de la région et des régions avoisinantes sur la thématique forestière.

C’est peut-être intéressant, en y mêlant d’ailleurs un aspect économique – il y a un bureau AWEx à Cologne qui est là et qui est compétent pour ce territoire – de profiter de cet événement pour articuler vos choix.

M. Evrard (MR). - Je pense qu’effectivement cela peut être une raison suffisante que pour s’y rendre à cette occasion. Il n’y a évidemment pas d’impératif dans le calendrier. Je pense que ce sera l’occasion de voir ce qui s’y fait et de profiter au mieux du déplacement pour engranger un maximum d’informations.

Quand vous dites, Monsieur le Ministre, qu’il n’y a pas de raison de tisser des liens, et cetera. Je dirais, a priori, qu’il n’y a aucun élément qui peut nous en empêcher. C’est peut-être en allant voir ce qu’il se fait là-bas que nous pourrons tirer des conclusions définitives plutôt que de dire, de but en blanc, que cela ne pourra pas fonctionner. Je crois qu’il y a vraiment des choses d’intéressantes à voir. Je l’ai dit, la manière dont ils appréhendent tout le volet touristique devra être aussi intéressant à explorer.

Mme la Présidente. - Si je comprends bien, nous reporterions cette visite en septembre 2017 ? Il y a unanimité de principe sur cette mission.

Une mission en deux jours ou trois jours ? Nous verrons peut-être un peu le programme et de là, nous déciderons. On part sur une base de deux jours minimum. Il faut quatre heures pour y aller. À la limite, trois jours et comme cela on part peut-être en fin de journée.

M. Evrard (MR). - Effectivement, en partant sur une base de trois jours, s’il faut réduire ce sera possible. Trois jours, cela me parait bien.

PW Crac 30 janvier 2017




Source : http://parlement.wallonie.be