Les initiatives pour renforcer l'activité des commerces locaux
03 février 2017

QUESTION ORALE DE M. EVRARD À M. MARCOURT, MINISTRE DE L'ÉCONOMIE, DE L'INDUSTRIE, DE L'INNOVATION ET DU NUMÉRIQUE, SUR « LES INITIATIVES POUR RENFORCER L'ACTIVITÉ DES COMMERCES LOCAUX »

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, en Province de Luxembourg, une initiative originale d’un jeune entrepreneur en communication et événementiel propose aux citoyens intéressés une carte de multi-réductions.

Celle-ci offre des avantages dans les différents commerces affiliés à sa plateforme, nommée ici, en l’occurrence, Shootlux. Shootlux regroupe une communauté de 2 400 personnes via les réseaux sociaux et dispose d’un site Internet pour valoriser ses activités. Pour mettre en place ce projet, il a reçu le soutien de l’UCM qui propose à ses membres un tarif préférentiel pour assurer leur visibilité et un ciblage marketing spécifique sur la plateforme en question.

Cet exemple de collaboration vise à renforcer l’attractivité des commerces locaux en incitant la population à faire leurs achats dans les commerces de proximité ou de leur commune en particulier. Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous préciser quels types de soutien peut recevoir ce genre d’initiatives et les modalités d’exécution ?

Quel peut être le rôle de l’AEI ou d’autres structures dans de tels cas de figure ? Ce soutien est-il uniquement réservé aux ADL qui proposent très souvent le même genre de projets, en l’occurrence, des chèques commerces ?

Dans le cas des ADL justement, avez-vous reçu un feed-back des projets en faveur du commerce de proximité avec une évaluation des répercussions sur l’activité commerciale locale ?

Dans un domaine similaire, les communes reçoivent de plus en plus fréquemment des propositions de ce type pour, par exemple, des applications mobiles proposant des services divers. Quelle est, Monsieur le Ministre, votre approche en la matière ?

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Marcourt.

M. Marcourt. - Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique.

- Monsieur le Député, mes collaborateurs ont eu l’occasion de rencontrer, le 11 janvier, M. Sosset, initiateur du projet Shootlux. Shootlux est au départ une entreprise d’organisation d’événements qui élargit aujourd’hui son portefeuille en développant le projet Shootlux card.

Le projet de cartes Shootlux vise à fidéliser les clients au commerce de proximité en leur offrant des réductions permanentes et qui permettent ainsi aux commerçants partenaires de bénéficier d’une présence Web accrue. Cette initiative s’inscrit pleinement dans le volet « Numérique » du programme « Wallonie - Commerces ».

C’est pourquoi mes collaborateurs ont invité le porteur de projets à entrer en contact avec l’Agence du numérique en charge de la réflexion et de la mise en œuvre de l’action « Ma ville dans ma poche » à destination des communes ainsi que de la poursuite de l’action « Commerces connectés ».

Néanmoins, nous ne pouvons favoriser un opérateur privé au détriment d’autres, tant dans les villes et communes qu’auprès des commerçants. L’Agence numérique pourra néanmoins présenter ce projet, comme toute autre liée au commerce de proximité sur la plateforme Digital Wallonia. En ce qui concerne les agences de développement locales, je vous rappelle que leurs missions et budgets sont prévus dans le décret du 22 mars 2004 pour lesquelles un suivi est effectué par un comité de pilotage, sous la présidence de la ministre de l’Emploi.

Dans le cadre du programme « WallonieCommerces », les ADL, comme les ASBL de gestion de centres-ville sont considérées comme des opérateurs importants et essentiels. En plus de les associer à la mise en œuvre d’actions, nous veillerons à répertorier les actions de ces structures même d’ores et déjà sur leur territoire.

Enfin, l’Agence du numérique a été chargée de déployer à l’échelle régionale une porte d’entrée numérique unique pour valoriser l’e-commerce et les e-commerçants. L’une des actions concrètes est notamment le développement d’une application « Ma ville dans ma poche » qui sera un agrégateur d’informations et de services, compagnon numérique du citoyen au quotidien. Bien entendu, des applications d’informations spécifiques de chaque ville pourront être mises en évidence dans l’application faite hier.

Une personnalisation de l’interface de l’applicatif sera également possible suivant les desiderata des autorités communales. L’application sera d’abord la vitrine intelligente et virtuelle des commerçants de la ville. La dynamique entre l’application et les commerces locaux sera poussée au maximum pour la rendre incontournable. Cette application sera complétée avec la mise en place d’un plan de transformation des villes wallonnes afin de leur permettre de s’inscrire dans le concept de smart régions.

Il s’agira notamment de réaliser dans les villes pilote, une analyse de flux, d’approvisionnement et de mettre en place des living labs dédiés pour systématiser les modes d’expérimentation rapides et de proposer des lieux de démonstration. Par la suite, une centrale de marchés sera ouverte à destination des pouvoirs locaux afin qu’ils puissent facilement développer ces solutions numériques.

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, à travers l’exemple précis que j’évoquais, c’était surtout pour voir la manière dont les mécanismes s’organisent. J’ai entendu qu’il y avait là du dynamisme, notamment à travers l’outil qu’est l’ADL.

J’ai bien entendu également la proposition du projet « Ma ville dans ma poche ». De ce fait, on suivra ces évolutions avec attention.

Crac 03-02-2017 PW




Source : http://parlement.wallonie.be