L'édition 2017 du Consumer Electrocics Show à Las vegas
20 janvier 2017

Question orale de M. Evrard à M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, sur « l'édition 2017 du « Consumer Electronic Show » (CES) de Las Vegas » »

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, effectivement, c'est un salon important où plus d'une dizaine de start-up belges y étaient représentées dont quatre emmenées par un incubateur privé basé à Liège et une entreprise de Jumet pour ce qui concerne la Wallonie, les autres start-up étant bruxelloises et flamandes.

Monsieur le Ministre, en 2016, vous aviez chargé l'AWEx d'évaluer l'opportunité d'un futur stand à ce salon en collaboration avec l'AWEx qui était chargée de préparer une représentation wallonne à ce niveau-là. Effectivement, les retours d'expérience ont été positifs et confirmaient l'importance d'une représentation wallonne identifiée et visible dans ce genre de salon à audience mondiale.

Or, il semble que l’édition 2017 n’a pas accueilli de stand spécifique de Digital Wallonia tel qu’il était envisagé en mars dernier. Pour enfoncer un peu plus le clou par rapport à la question de Mme Simonet, c'est cet aspect-là qui me chagrine un peu. À partir du moment où l’on identifie un intérêt d'être représenté et que cela ne sa réalise pas, je voulais savoir, Monsieur le Ministre, quelles en étaient les raisons.

Une fois que j'aurai eu mes réponses, pour 2018, va-t-on pouvoir être efficace et souhaitez-vous en 2018 qu'il y ait une réelle représentation de la Wallonie à ce niveau-là ? À l'instar de ce qui a été réalisé au salon connexe 2016 en octobre dernier au niveau européen, quelles ont été les actions de l'AWEx ou de l'AEI en faveur, cette fois, d'une représentation wallonne au niveau mondial ? C'est l'occasion de faire le point, de manière plus large, sur ce qui se fait à ce niveau-là. Il n'y a pas qu'un salon même si celui-là est important, essayons de ne pas réitérer l'erreur. Pour autant, ce que j'en sais, on n'a pas été sur la balle au bon moment puisque le salon était déjà complet, mais je suis heureux d'entendre vos réponses ainsi que celles que vous allez apporter à Mme Simonet.

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Marcourt.

M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique. - Madame et Monsieur les députés, avant de parler spécifiquement du salon CES 2017, je voudrai repositionner l'action internationale en faveur des entreprises du secteur du numérique, et notamment des start-up, dans le contexte global de la stratégie numérique Digital Wallonia.

Comme vous le savez, cette stratégie est structurée autour de cinq thèmes majeurs, dont le secteur du numérique.

L'objectif de ce thème est d'assurer la croissance du secteur du numérique et son internationalisation, condition sine qua non pour capter de la valeur ajoutée grâce à une offre de produits et de services numériques innovants.

Plusieurs actions ont donc été menées dès 2016 dans ce domaine.

Tout d'abord, plutôt que de choisir une région prioritaire comme cela était le cas auparavant, l'AWEx a choisi de dédier l'année 2016 au numérique et 25 missions ou participations à des salons internationaux ont donc été organisées partout dans le monde.

Toutes ces missions ont été labellisées Digital Wallonia et plus de 260 entreprises ont été cataloguées par l'Agence du Numérique sur la plateforme digitalwallonia.be, dans une logique de vitrine sectorielle, ce qui n'existait pas auparavant.

Un exemple remarquable est le salon Conext à Lille en septembre dernier où une dizaine de startups wallonnes se sont présentées sous la bannière de Digital Wallonia. Les retours ont été excellents. C'est dans cet esprit qu'une mission du même type est en préparation pour le salon e-commerce à Paris, l'un des plus importants sur ce sujet.

En plus des missions organisées avec l'AWEx, Digital Wallonia a également activé des acteurs privés sur base de contrats de partenariats opérationnels. L'un de ces partenariats a été mis en place avec startups.be qui est un acteur national reconnu dans le domaine du soutien aux startups.

Deux évènements ont déjà été organisés dans le cadre de ce partenariat sous les couleurs de Digital Wallonia. Je voudrais particulièrement souligner la mission au salon Viva Technology à Paris en juillet dernier dont les retours pour les startups présentes ont été très positifs.

Ce salon permet, en effet, de capter l'attention de grands groupes internationaux à la recherche de partenariats innovants dans le numérique.

Toutes ces actions, publiques ou en partenariat public/privé, sont désormais débattues dans le cadre d'un comité de pilotage qui réunit l'AWEx, WBI, les clusters TIC et TWIST, l'ADN et startups.be.

Une autre question que vous abordez est celle de la représentation internationale de Digital Wallonia à l'étranger.

Pour cela, l'objectif est de mettre en place de véritables hotspots sous le label Digital Wallonia International dans plusieurs villes ou régions emblématiques pour la transformation numérique.

Cette action est actuellement dans sa phase active, puisque les deux premiers hotspots ont été officialisés à Barcelone et à San Francisco. Leur rôle sera notamment de faciliter l'arrivée de nos entreprises et start-up sur place, mais aussi d'effectuer une mission de veille technologique et économique qui sera redistribuée vers les entreprises et acteurs du numérique au travers de la plateforme Digital Wallonia.

J'en viens maintenant au CES de Las Vegas. Comme vous le savez, le Consumer Electronic Show est un évènement technologique majeur avec cette nuance, comme son nom l'indique, que c'est un salon orienté vers le consommateur et que l'objectif est d'y faire une véritable démonstration de produits. Toutes les entreprises ne sont donc pas nécessairement concernées par cet évènement. Par exemple, les entreprises actives dans le développement de logiciels.

En 2016, l'Agence du numérique y a organisé une mission prospective dont l'objectif était d'identifier les tendances technologiques porteuses et les opportunités de partenariat pour nos entreprises. Un rapport complet a été présenté à une vingtaine d'entreprises et start-up qui avaient été sollicitées en amont. Certaines ont bénéficié d'un accompagnement personnalisé.

Un autre objectif de cette mission était d'examiner l'opportunité d'organiser un stand potentiel en 2017 dans le cadre des actions de l'AWEx. Cette opportunité a bien été confirmée. Le programme de l'AWEx étant prévu plus d'un an à l'avance, elle n'a pu être concrétisée pour le salon 2017. Par contre, elle le sera pour 2018, sachant toutefois que le salon étant toujours complet, la présence de stands importants se fait sur base d'un dépôt de candidatures. Les retours et contacts sont cependant plus que positifs ; cela vient de m'être confirmé par l'AWEx.

La Wallonie était représentée au salon CES de cette année par huit entreprises, ainsi que par l'incubateur privé The Factory. Comme souvent, les retours de cette présence ont été présentés de manière peu complète par la presse en donnant l'impression que la Wallonie y faisait pâle figure, notamment par rapport à la France. Cependant, proportionnellement, cette présence a eu un impact comparable à celui de la France, car sur les huit entreprises présentes, trois ont été primées dans différentes catégories. Leur exposition médiatique a donc été excellente.

Toutefois, on peut regretter que ces entreprises se soient présentées en ordre dispersé par rapport à l'objectif fédérateur de la stratégie numérique. Des améliorations doivent être apportées et les actions sont déjà en cours, puisqu'une réunion de coordination est d'ores et déjà planifiée pour envisager une plus grande présence en 2018. C'est une réflexion qui doit sans doute être également menée avec Bruxelles et en Flandre pour proposer une présence commune au sein de laquelle Digital Wallonia représenterait la Wallonie. En effet, une telle mission est un investissement financier important, ainsi qu'au niveau logistique.

Pour terminer, l'effet de zoom très grossissant sur le CES ne doit pas occulter le reste des projets et missions. Un prochain évènement majeur se profile à l'horizon : le Mobile World Congress à Barcelone. Je peux d'ores et déjà vous dire que la partie wallonne de stands belges sera labellisée Digital Wallonia et affichera complet. Une mission prospective organisée par le cluster TIC amènera sur place 10 entreprises supplémentaires, toujours sous la bannière Digital Wallonia. Le Mobile World Congress sera par ailleurs l'occasion d'une première rencontre officielle dans le cadre du hotspot Digital Wallonia International présent à Barcelone.

Plusieurs évènements majeurs suivront encore. Un calendrier complet, ainsi que les différents catalogues d'entreprises participantes seront disponibles prochainement sur digitalwallonia.be.

Voilà ce que je pouvais répondre, Monsieur le Président, Madame et Monsieur les députés.

M. le Président. - La parole est à Mme Simonet.

Mme Simonet (cdH). - Comme on dit, au temps pour moi, ce n'est pas un award, ce sont trois entreprises qui ont été primées. Peut-être que pour cette séance-ci, elles n'étaient pas encore sous le label Digital Wallonia, mais il y avait huit entreprises, trois primées. Dès lors, la visibilité et les retombées étaient positives.

On sera heureux que déjà dans les prochains congrès, ce sera bien sous le label Digital Wallonia. Ce qui compte surtout, c'est évidemment que nos entreprises y aillent, que ce soit facile pour elles d'y aller – l'AWEx joue un rôle important – et que la visibilité soit la plus complète. Tant mieux si c'est en plus sous le label Digital Wallonia.

J'ai noté aussi que vous étiez, comme à votre habitude, ouvert à ce qu'il y ait un stand plus large avec éventuellement la Flandre et d'autres régions. Je pense que c'est toujours positif.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Mon intention n'est certainement pas de cracher dans la soupe. Comme on l'a dit, je crois que l'expérience a été extrêmement positive pour les entreprises qui y ont participé. Simplement, je m'étonne un peu que si l'on fait une analyse début 2016, on dit : « Oui, il y a un salon intéressant et l'on va devoir y aller ». L'argument de dire que finalement, la candidature devait être introduite un an à l'avance est un peu surprenant. Il est clair, à mon avis, dans ce dossier que l'on a raté le train et l'on sait que dans le monde du digital, le train est toujours à l'heure.

En l'occurrence, j'espère en tout cas que l'on puisse tirer les leçons en interne. Ce sont peut-être parfois les méandres administratifs qui ont fait que le feu vert final est arrivé trop tard ; je n'en sais rien. L'important, c'est d'être présents en 2018 et de tirer les leçons.

Vous avez rappelé, Monsieur le Ministre, et c'est bien ainsi, qu'il y a d'autres salons, il y a d'autres opportunités et qu'il y a une dynamique en la matière. Tirons simplement les leçons pour voir réellement où le bât a blessé pour faire en sorte d'être plus performant à l'avenir. À partir du moment où l'on décide de participer, que l'on puisse effectivement y être représentés.

Crac 20-01-2017 PW




Source : http://parlement.wallonie.be