Les actions concrètes en faveur de l'entrepreneuriat féminin
21 mars 2017

Question orale de M. Evrard à M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, sur « les actions concrètes en faveur de l’entrepreneuriat féminin »

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, interrogé en janvier 2017, vous m’aviez indiqué qu’un groupe de travail réfléchissait à une stratégie en vue de valoriser l’entrepreneuriat féminin, notamment dans le secteur du numérique.

Je vous cite : « Pour tenter de faire évoluer la faible inclusion des femmes dans les filières de formation et les métiers du numérique, mes collaborateurs mettent en place les mesures et initiatives préconisées par les acteurs de terrain, dont des campagnes de communication axées sur la présentation des études et des métiers du numérique. C'est d'ailleurs l'une des trois mesures prioritaires retenues à l'issue des groupes de travail qui se sont déroulés. Ces campagnes de communication seront lancées en 2017 ; mes équipes travaillent avec l'ADN et l'AEI sur la meilleure manière de les mettre en œuvre afin de sensibiliser largement le public cible ».

Le 7 mars, en prémices à la journée de sensibilisation aux droits des femmes, le Gouvernement fédéral lance un appel à projet pour stimuler l’entrepreneuriat féminin.

Quelles sont les actions concrètes – j'insiste sur le mot « concrètes » – mises en place à l’échelon wallon ? Quel est le suivi de ces réunions programmées depuis plusieurs mois ? Ont-elles enfin donné lieu à la mise en place d’une stratégie commune pour travailler sur cette problématique ? Dans l’affirmative, pouvez-vous nous en tracer les contours ainsi que son timing ?

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Marcourt.

M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique. - Monsieur le Député, comme vous le savez, j'ai intégré la dimension du genre dans deux de mes compétences. Une de ces compétences concerne effectivement le numérique. Le groupe cible est les femmes qui décident de faire carrière dans les métiers liés au numérique, car les femmes ne sont qu'une sur huit étudiantes dans les filières de formation et d'étude menant à ces métiers et elles ne sont qu'une sur six professionnelles dans les carrières liées à ces métiers.

Afin de renverser ce ratio, j'ai organisé en collaboration avec l'ADN et l'AEI un groupe de travail réunissant des experts du monde académique, du monde entrepreneurial et du monde numérique. Ce panel d'experts a sélectionné par un vote les trois recommandations prioritaires parmi les 10 recommandations sélectionnées. Je vais vous décrire les réalisations concrètes qui sont en train d'être mises en œuvre pour chacune de ces recommandations. Sachez également que mon cabinet a travaillé sur deux recommandations prioritaires sur trois en parfaite synergie avec le cabinet de Mme la Ministre Simonis. Comme vous allez pouvoir le constater, ces réunions conjointes entre les deux cabinets ont débouché sur des réalisations concrètes.

La première recommandation prioritaire préconise « de sensibiliser dès le plus jeune âge à la pensée informatique/algorithmique et au numérique, et ce, en formant également les professeurs aux outils numériques. »

Cette première recommandation rejoint parfaitement les orientations exprimées tant dans la Stratégie numérique pour la Wallonie que dans le Pacte pour un enseignement d'excellence de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui indiquent une volonté manifeste de développer significativement les compétences numériques tant des élèves que des enseignants.

À travers Digital Wallonia et la stratégie numérique de la Wallonie, j'ai déployé sur le terrain différentes actions au bénéfice de l'éducation numérique, comme le plan TIC pour l'éducation intégré au plan du Numérique. Ce plan préconise de doter les écoles en équipements et infrastructure de pointe tout en formant et en accompagnant les enseignants pour accélérer la transition numérique des apprentissages. De plus, les trois récents appels à projets École numérique ont été complétés par un appel à candidature École connectée visant à équiper en wifi tous les locaux de 200 établissements scolaires. À terme, l'objectif est d'équiper tant en wifi qu'en équipements mobiles les écoles de Wallonie.

La ministre Simonis et moi-même avons également financé l'ASBL Interface3 Namur pour un carnet pratique à destination des écoles qui déstigmatise les filles dans les métiers informatiques. Il se trouve que les métiers informatiques sont encore méconnus et flous pour le grand public. Ils souffrent d'une image qui les lie uniquement à de la technique et du code, alors que cela ne représente qu'une petite partie des tâches dans les métiers du secteur. Ce préjugé pèse sur les choix de carrière du public féminin, car les métiers considérés comme techniques semblent davantage réservés aux hommes. Ce carnet est donc un outil qui contient des exercices à appliquer au quotidien, des modèles et cas pratiques pour réfléchir sur les stéréotypes que chacun a sur les femmes dans les métiers informatiques. Ce carnet sera disponible en juin.

La deuxième recommandation prioritaire issue du groupe de travail recommande de « lancer une campagne de communication sur l'ensemble des canaux de diffusion véhiculant, d'une part, une image attractive et moderne des métiers du numérique et, d'autre part, mettant l'accent sur les opportunités d'emploi ».

Cette campagne de communication sera lancée en collaboration avec le cabinet Simonis et l'Agence du numérique. Mes équipes, et celles de Mme la Ministre Simonis ont collaboré afin de faire émerger les idées directrices de cette campagne. Le marché public va être lancé dans les jours qui viennent, l'ADN est en train de rédiger l'appel d'offres. Les idées directrices de cette campagne sont, premièrement, d'insister sur la pénurie d'étudiants dans ces filières d'avenir, alors que la révolution numérique est en cours ; deuxièmement, de faire évidemment un focus particulier sur les filles, car toutes les études prouvent que la mixité favorise l'émulation et la créativité.

Enfin, la troisième recommandation prioritaire suggère de « procéder à une analyse fine de l'évolution des métiers du numérique afin de moderniser les nomenclatures traditionnelles devenues obsolètes. Cela permettra, par la même occasion, de mettre en perspective les grandes évolutions du secteur et contribuera à façonner l'emploi et le marché du travail dans les prochaines années ».

Suite à cette recommandation, l'ASBL Interface3 Namur s'est lancée dans un travail d'identification des nouveaux métiers. Ce travail s'est inspiré des nouveaux référents européens en la matière et a permis d'identifier pour l'instant plus ou moins 60 nouveaux métiers. Le but est d'aller présenter ces nouveaux métiers avec des fiches didactiques et ludiques dans les écoles, pour attirer les futurs étudiants dans ces filières numériques d'avenir. Interface3 doit venir très prochainement présenter ce travail.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Merci, Monsieur le Ministre. Je dois bien constater que vous n'êtes pas resté inactif dans ces matières. J'espère qu'elles pourront, en tout cas à travers les choix que vous avez opérés, porter pleinement leurs fruits.

Je suis rassuré de voir que vous travaillez avec la ministre Simonis, que j'interroge régulièrement sur cette question, qui est souvent moins précise que vous sur la manière dont vous pouvez entreprendre des synergies dans vos compétences respectives. Je vous en remercie donc.

Cric 21/03/2017 PW




Source : http://parlement.wallonie.be