Les subsides octroyés aux massifs forestiers
20 mars 2017

Question orale de M. Evrard à M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région, sur « l'octroi de subsides pour le développement de grands équipements structurants dans les massifs forestiers »

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, lors de la présentation du budget 2017, on a insisté sur le programme massif forestier, notamment qui concernait un projet de 40 millions d’euros pour valoriser de manière pérenne le tourisme dans les massifs forestiers. Je voudrais faire le point avec vous sur cette question, notamment savoir où vous en êtes au niveau de l’octroi de ces subsides. Vous nous avez dit vouloir aller vite.

Quelles sont les communes à ce stade qui ont reçu votre aval ? Tous les projets ont-ils été rentrés dans les temps, et quels sont les projets recalés et sur base de quels critères les a-t-on recalés ? Par ailleurs, il me revient de source très sûre que certaines communes auraient déjà reçu des avances financières. L’argent est déjà sur le compte alors que les projets n’étaient pas encore totalement finalisés.

Pouvez-vous me confirmer cela et nous faire un état exhaustif de l’avancement du projet global ainsi que des projets retenus ? A contrario, d’autres communes ont signalé des délais qui étaient trop courts à leurs yeux, et qui ne leur permettaient pas de rentrer un dossier de qualité. Monsieur le Ministre, je ne peux m’empêcher de penser que seules les communes qui étaient initiées ont pu rentrer à temps et à heure des dossiers plus ou moins ficelés. Cela m’inquiète et donc je voulais faire le point avec vous sur le timing qui était proposé pour le dépôt des dossiers, ainsi que pour la liquidation des subsides : qui a fait l’arbitrage, avez-vous également pris des engagements à l’égard de certaines communes pour la libération de subsides complémentaires à leur projet initial ?

Mme la Présidente. - La parole est à M. le Ministre Collin.

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région. - Monsieur le Député, il n’a jamais été question d’utiliser 40 millions d’euros du CRAC au bénéfice des massifs forestiers en ce qui concerne le programme massif forestier en tant que tel. Cette enveloppe ne se limite pas à la seule distribution des subsides et au fait d’aller vite. Pour mémoire, c’est suite à une étude à vocation stratégique confiée à l’UCL en 2008 par le Commissariat général au tourisme que quatre massifs forestiers ont été retenus pour la mise en œuvre de projets de valorisation touristique de la forêt : le massif de la forêt d’Anlier, le massif de la forêt de Saint-Hubert, le massif de la forêt de la Semois et de la Houille, et le massif de la forêt de Chimay.

Après un premier travail de structuration et de valorisation de l’offre touristique forêt existante sur chacun de ces massifs forestiers, le Gouvernement wallon a souhaité aller au-delà. La déclaration de politique régionale 2014-2019 prévoyait, en effet, de faire davantage reposer la stratégie régionale en matière de tourisme sur les massifs forestiers, l’objectif étant le développement d’équipements structurants au sein des massifs précités.

Afin de mesurer la pertinence des projets et les implantations les plus optimales pour ceux-ci, le CGTA a confié, début 2016, aux différentes intercommunales concernées des études. Deux articles de base spécifiques à ces projets ont également été prévus, dans le cadre de l’ajustement du budget 2016 du CGTA : un pour les subsides de fonctionnement et un pour les subsides d'investissement.

À l'automne 2016, ayant suivi les études réalisées par Idelux dans ce cas, deux communes m'ont présenté leurs projets. Il s'agit du projet de bar suspendu et de parcours accro-branches de la Commune d'Habay et d'un projet de développement de la base de loisir de la Commune de Neufchâteau autour du lac et de la forêt. Une aide de 1 million d'euros a effectivement été engagée pour chacun de ces projets. La volonté est de pouvoir équiper les quatre massifs précités d'équipements adéquats, et ce, en fonction des états d'avancement des différents projets. Pour ce faire, des subventions seront encore accordées en 2017 et 2018. Un montant de 1,6 million d'euros est inscrit au budget 2017 du CGTA afin de soutenir des projets d'investissement en la matière.

Je m'étonne quand même que vous utilisiez le mot « initiées ». Je vous l'ai dit, toutes les communes qui font partie des massifs forestiers ont été informées de l'évolution de la thématique. Elles ont été informés soit directement, au moins par l'intercommunale de leur ressort, des études de finalisation et ont eu l'occasion de déposer leurs projets. Même si je suppose que vous vous en êtes réjouis, les deux communes de Habay et de Neufchâteau ont été retenues. D'autres communes, dans d'autres massifs forestiers ou dans les mêmes, seront également qualifiées pour bénéficier de l'appui du Commissariat général au tourisme.

Il a toujours été entendu que, pour nous, la valorisation touristique des massifs forestiers était de nature à accroître à l'attractivité globale de l'ensemble de notre territoire.

Mme la Présidente. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Merci, Monsieur le Ministre. Je ne suis pas totalement satisfait de la réponse, même si j'ai des éléments complémentaires aux informations qui étaient les miennes. J'entends que vous dites : « Je ne vais pas débloquer les 40 millions d'euros uniquement dans le cadre des massifs forestiers ». Cela m'aurait été agréable de savoir quels sont les montants et quel est le nombre de dossiers rentrés.

Vous avez évoqué deux dossiers en particulier, vous m'avez dit que d'autres intercommunales avaient été également sollicitées ; cela m'aurait aussi intéressé de savoir qui était en lice pour éventuellement pouvoir bénéficier de ces projets.

De manière plus globale, quand j'observe l'urgence et la manière dont on essaie de boucler les dossiers, notamment dans les deux exemples évoqués, on peut se demander si les choix qui sont portés vont réellement être une plus-value structurante sur les aspects touristiques. Ce sont des projets sympathiques, intéressants, mais je m'interroge sur la véritable étude. Vous savez comme moi, pour parler d'une province que l'on connaît bien, on a eu des projets comme Utopia qui ont dû à plusieurs reprises être recadrés parce que l'on avait loupé la cible et que cela avait coûté énormément d'argent, même si les choses d'améliorent.

Je ne voudrais pas que l'on dépense des sommes colossales sans avoir une garantie absolue que les choix stratégiques ont été bien étudiés.

Mme la Présidente. - La parole est à M. le Ministre Collin.

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région. - J'ai évidemment très bien étudié les dossiers qui ont été soumis. Je peux vous dire qu’en ce qui concerne le dossier d'Habay et le dossier de Neufchâteau, qui sont déjà qualifiés et qui ont pu chacun obtenir une aide de 1 million d'euros, il s'agit de dossiers de nature fédératrice. Pour reprendre en particulier celui que vous connaissez bien, puisqu'il concerne la commune dont vous avez été bourgmestre, celui de Neufchâteau, j'ai été impressionné par le caractère structurant du projet qui a été proposé, d'autant plus qu'il va s'adjoindre à des investissements privés colossaux, de manière à véritablement faire de la vallée du lac et de la forêt qui l'entoure un joyau du tourisme dans la Province de Luxembourg.

Mme la Présidente. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Dans les éléments qui nous ont été présentés – et je parlerai d'un autre dossier pour être tout à fait neutre dans mon analyse –, quand je vois aujourd'hui le dossier d'Habay, où l'on ne sait pas encore très bien où l'on va implanter le projet et où tout le monde se cherche alors que l'argent est déjà quasi sur les comptes communaux, cela m'interpelle.

En aparté, je vous ferai part de mes sentiments quand vous dites que les projets que vous avez soutenus sont réellement structurants. Il aurait été sage, dans le cas de Neufchâteau, d'évaluer des formes de partenariat public-privé ou des formules avec un bail emphytéotique qui aurait été beaucoup plus judicieux plutôt que la Région wallonne subventionne des projets qui bénéficieront purement et simplement aux investisseurs privés.

P.W.- C.R.A.C. N° 134 (2016-2017) - Lundi 20 mars 2017




Source : http://parlement.wallonie.be