La formation en langues
06 mars 2017

La formation en langues.

  • Session : 2016-2017
  • Année : 2017
  • N° : 193 (2016-2017) 1
  • Question écrite du 06/03/2017
    • de EVRARD Yves
    • à TILLIEUX Eliane, Ministre de l'Emploi et de la Formation


Récemment, une école privée d’apprentissage des langues renommée en Province de Luxembourg se voit contrainte de fermer ses portes en mars 2017.

En cause notamment, un apprentissage plus « classique » duquel l’évolution de la demande semble s’éloigner, mais surtout une norme européenne datant de 2014 qui oblige l’imposition d’une TVA de 21%.

De son côté, le FOREm indique qu’une offre d’emploi sur 5 demande à ce que le candidat maitrise au moins deux langues.

Cette actualité me donne l’occasion de poser les questions suivantes. 

Alors que l’apprentissage de plusieurs langues est pointé par tous comme une clé indispensable à une intégration positive dans le monde du travail, l’offre en sud de Province de Luxembourg se résume maintenant à la filière scolaire classique, à l’enseignement de promotion sociale et une initiative privée qui débute, Madame la Ministre dispose-t-elle d’un cadastre de l’offre et de la demande en matière de formation langues en Wallonie et par Province ? 

L’offre actuelle rencontre-t-elle la demande ? 

Quels sont les freins à une meilleure formation en matière d'apprentissage des langues ?

L’apprentissage d’une seconde voire d'une troisième langue est-il suffisamment promotionné ou tout simplement, insiste-t-on suffisamment sur l’importance de ce type d’apprentissage auprès de futurs apprenants ? 

Outre les chèques formations en langues qui sont proposés aux travailleurs, existe-t-il d’autres incitants pour d’autres catégories de personnes ?

  • Réponse du 12/04/2017
    • de TILLIEUX Eliane


Pour augmenter le niveau de compétences en langues étrangères des Wallons et Wallonnes, le FOREm a développé une offre de formation importante et très diversifiée dans ses différents centres de formation et centres de compétence, sur l’ensemble des directions territoriales.

Au sein de la direction territoriale du Luxembourg, des formations en langues sont dispensées dans 3 centres de formation. Il s’agit des centres d’Arlon (anglais, allemand, luxembourgeois), de Marche-en-Famenne (anglais, néerlandais) et de Libramont (anglais, néerlandais).

Comme je l’ai déjà évoqué, l’offre proposée au public des demandeurs d’emploi comprend notamment :


1) des modules de langue générale, de niveau débutant à avancé, en néerlandais, anglais, allemand, mais aussi des modules de langue spécialisée, intégrés ou non aux formations métiers. Des modules de langue générale sont également proposés à un niveau débutant et moyen, en luxembourgeois, par le centre d’Arlon. Concernant les modules spécialisés métiers, ils sont proposés dans le cadre de formations liées à des métiers plus techniques (bureautique, mécanique éolienne, chauffeurs poids lourds, logisticiens, électromécaniciens, secteur horeca, …), développés à la demande du secteur et centrés sur la pratique en situation professionnelle ;

2) un module spécifique « Exécution des tâches administratives en frontdesk », en néerlandais notamment, qui a pour but de donner à l’apprenant les compétences pour accueillir en face à face et au téléphone, traiter des courriels, du courrier et des documents commerciaux ;

3) un module spécifique « entreprise virtuelle » en anglais ou néerlandais offre, quant à lui, à de jeunes demandeurs d’emploi, sur la base d’une pédagogie collaborative, une véritable opportunité de mise en situation en entreprise et leur permet de simuler le lancement sur le marché d’un nouveau produit, en occupant un poste virtuel qui correspond à leur profil;

4) un module de recherche d’emploi, proposé en néerlandais notamment, qui permet au demandeur d’emploi de travailler son CV, sa lettre de motivation, et de se préparer à un entretien d’embauche ;

5) des tables de conversation, organisées pour les différents niveaux et les différentes langues;
6) un module « conversation d’affaires », développé pour les métiers commerciaux notamment. Il se concentre, à travers des mises en situation et jeux de rôle, sur la compréhension des documents authentiques oraux et écrits traitant du travail en entreprise, la négociation, l’argumentation, l’animation de réunions, le traitement d’appels téléphoniques complexes, ...

L’expérience du FOREm, dans le cadre du déploiement de son offre de formation en matière de langues, permet de tirer le principal constat que, pour rendre son apprentissage plus efficace, l’apprenant doit :
- comprendre l’intérêt de se former et savoir de quoi il a besoin ;
- prendre en main son apprentissage ;
- mettre en œuvre directement, en situation, ses acquis.

En outre, il est fondamental de motiver les apprentissages dans une approche personnalisée, en faisant appel, par exemple, aux nouvelles technologies de l’information. 

À cet effet :
- l’apprenant est coaché régulièrement et rencontre son formateur langue afin de faire le point sur ses besoins spécifiques en lien avec l’emploi et ses nouveaux acquis,
- les modules font la part belle aux mises en situation pratiques, axées sur les compétences orales et communicationnelles,
- ils font appel aux TIC : via sa plateforme de formation Moodle, le département des langues du FOREm a développé des supports de cours disponibles via internet. L’offre proposée est construite en mode mixte (apprentissage à distance en plus des sessions en présentiel), pour une activation maximale des acquis.

Par ailleurs, le nouveau Plan langues du Plan Marshall4.0 se concentre sur les trois langues nationales (néerlandais, allemand, français) ainsi que sur l’anglais, et vise à renforcer la connaissance des langues étrangères en tenant compte des besoins des publics ciblés (dispositifs des bourses langues, Wallangues, et chèques langues). Il se base sur un budget annuel de près de 7 millions d’euros. 

En ce qui concerne les bourses langues, elles permettent de couvrir les frais engendrés par des immersions et stages linguistiques organisés :
- pour les demandeurs d’emploi, en école de langues à l’étranger, en entreprise en Flandre ou en Communauté germanophone, en Irlande, à Malte, ou dans les pays émergents « BRIC » ;
- pour les jeunes diplômés du secondaire supérieur, en écoles, hautes écoles, universités ou écoles de langues à l’étranger (Europe, Canada, USA) pendant 1 semestre ou 1 année ;
- et pour les apprenants de l’alternance, via l’IFAPME (Europe, en particulier la Grande Bretagne).

Plus que des cours proprement dits, ces stages permettent une mise en pratique des connaissances dans des lieux où la langue étudiée est la langue véhiculaire en société et/ou en entreprise. Une campagne de promotion des bourses langues 4.0 sera bientôt lancée par le FOREm et mettra particulièrement l’accent sur les immersions en entreprise. 

Pour répondre à la problématique de la mobilité des apprenants, parfois éloignés géographiquement des centres de formation du FOREm, des établissements de promotion sociale ou d’autres filières de formation en langues, la plateforme d’apprentissage en ligne Wallangues constitue un outil très pertinent.

Des contenus orientés métiers y sont notamment développés. Également centrée sur les quatre langues promues par le plan langues, la plateforme Wallangues est aujourd’hui utilisée par plus de 400.000 apprenants. 

Depuis 2015, j’ai souhaité donner toujours plus de notoriété à cette plateforme, augmenter son interactivité et optimiser son approche pédagogique via, notamment, la mise en place d’un parcours d’activités de promotion des langues et la programmation de tables de conversation, café-langues et ciné-langues à travers la Wallonie. 

En ce qui concerne la promotion de l’apprentissage des langues, le FOREm intervient très régulièrement via les canaux suivants : 
- une brochure langues est remise systématiquement après l’inscription de chaque jeune de moins de 25 ans au FOREm. Environ 30.000 jeunes sont touchés chaque année ;
- l’une des fiches insérées dans la farde qui est remise à chaque demandeur d’emploi accompagné par le FOREm porte spécifiquement sur les langues.

Environ 90.000 demandeurs d’emploi sont touchés annuellement ;
- dans le cadre de l’accompagnement à distance des jeunes demandeurs d’emploi qualifiés, des mails ciblés sont envoyés, dont un axé sur les langues ;
- les langues sont également promues via le site web du FOREm, les réseaux sociaux, comme lors d’événements de grande ampleur (salons emplois, …) pour lesquels du matériel de promotion (roll up, dépliants, etc.) est prévu ;
- le dépliant « se former en langues » regroupe toutes les opportunités qui existent en Wallonie. Il est diffusé sur une centaine de points de contact.

Enfin, je voudrais également noter l’existence du réseau provincial luxembourgeois « http://reseaulangues.be », qui vise à promouvoir l’apprentissage des langues étrangères, en particulier celles pratiquées dans les régions frontalières et informe sur l’offre de formation, tous types d’opérateurs confondus, du territoire luxembourgeois.




Source : http://parlement.wallonie.be