L'avenir des jardins d'Annevoie
20 avril 2017

QUESTION ORALE DE M. EVRARD À M. COLLIN, MINISTRE DE L'AGRICULTURE, DE LA NATURE, DE LA RURALITÉ, DU TOURISME ET DES AÉROPORTS, DÉLÉGUÉ À LA REPRÉSENTATION À LA GRANDE RÉGION, SUR « L’AVENIR DES JARDINS D’ANNEVOIE ».

M. Evrard (MR).

- Monsieur le Ministre, je voulais revenir avec vous sur la saga « Jardins d’Annevoie » où l’épisode litigieux semble enfin avoir trouvé son épilogue. On va pouvoir maintenant se focaliser pleinement sur le volet touristique. Une emphytéose de 99 ans a été conclue avec le nouveau gestionnaire sur l’ensemble du site, pour un loyer apparemment de 25 000 euros.

Le nouveau gestionnaire s’engage à rendre les Jardins d’Annevoie accessibles au public durant la période de Paques à la Toussaint. Il avait été question, et c’était d’ailleurs une question qu’avait posé mon collègue, M. Desquesnes, d’un soutien exceptionnel de la part du CGT à concurrence de 100 000 euros, qui nécessitait évidemment le dépôt d’un dossier auprès de vos services. À la réponse que vous adressiez à mon collègue, vous aviez signifié qu’à la mi-février, vous n’aviez toujours reçu aucun dossier de demande de ce type.

Monsieur le Ministre, maintenant que les accords sont finalisés devant notaire à la mi-mars, la situation at-elle évolué ? Avez-vous reçu une demande d’aide officielle de la part du nouveau gestionnaire ?

La subvention du CGT va-t-elle être conditionnée à la réalisation de certains travaux ? Il était prévu dans le protocole que le repreneur s’engage à demander auprès des autorités la reconnaissance du domaine en tant qu’attraction touristique.

Pouvez-vous nous confirmer que c’est bien le cas ? Enfin, au vu du timing serré, pouvez-vous nous dire si dès le printemps, c’est-à-dire maintenant, l’ouverture au public va pouvoir être réalisée ?

De manière plus globale, pouvez-vous nous en dire plus sur les contours de la collaboration qui est mise en place avec les différents partenaires concernés par le projet, de manière à faire en sorte que ce site soit de nouveau un projet touristique majeur et attractif pour la Wallonie ?

La parole est à M. le Ministre Collin.

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région.

- Monsieur le Député, en sa séance du 29 septembre 2016, le Gouvernement wallon a validé une série d'options dans le cadre du suivi du dossier « Jardins d'Annevoie ».

Un protocole d'accord était effectivement intervenu entre le repreneur, Monsieur Loumaye, l'ancien actionnaire privé, Monsieur Jourdan, et la Société wallonne de Gestion et de Participations, la SOGEPA. Cette convention prévoyait notamment une subvention de soutien de 100 000 euros du Commissariat Général au Tourisme – à titre exceptionnel et unique – au bénéfice du repreneur, lequel s'engageait à effectuer des frais importants en vue de la bonne exploitation touristique du site.

Dans le courant du mois de mars, Monsieur Loumaye m'a fait parvenir un premier courrier sollicitant l'appui précité. Ce document est à l'analyse au sein des services du CGT, et en particulier de la direction des équipements touristiques, l'aide étant prévue sous réserve du respect, bien sûr, des dispositions et procédures en vigueur en la matière.

Le nouveau propriétaire a par ailleurs contacté le CGT afin d'obtenir une nouvelle reconnaissance comme attraction touristique. J'ai aussi demandé à mon cabinet de fixer rapidement une réunion de travail avec le repreneur et le CGT pour déterminer les conditions de l'aide précitée.

Du point de vue opérationnel, les Jardins d'Annevoie ont ouvert leurs portes au public le 1er avril dernier, mais il n'empêche qu'un plan de travail est en cours d'élaboration visant une série de travaux qui devraient s'étaler sur une période de trois à cinq ans.

L'ambition du propriétaire est de pouvoir à nouveau capter une clientèle de 100 000 visiteurs chaque année. Un événement spécifique autour des costumes de Venise sera d'ailleurs organisé au sein des jardins du 29 avril au 1er mai prochain et Wallonie-Belgique Tourisme en assure, bien entendu, la promotion.

- La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR).

- Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse.

Je ne peux simplement que vous invites à la plus grande prudence pour éviter une situation de bis repetita par rapport à ce nouvel investisseur, même si loin de moi l'idée de lui faire un procès d'intention ; sans le connaître, ce serait évidemment une erreur majeure de ma part, mais au niveau de la Région et par rapport aux dossiers qui vous seront présentés, je ne peux que vous invites à la plus grande prudence sachant qu'effectivement c'est un atout majeur touristique pour la Wallonie.

Je comprends parfaitement qu'il faille tourner la page pour mettre à nouveau à l'honneur ce site exceptionnel.

26. P.W.- C.R.A.C. N° 159 (2016-2017) - Jeudi 20 avril 2017




Source : http://parlement.wallonie.be