Un éventuel soutien de la RW à la plate forme de crowdfunding
20 avril 2017

COLLIN, MINISTRE DE L'AGRICULTURE, DE LA NATURE, DE LA RURALITÉ, DU TOURISME ET DES AÉROPORTS, DÉLÉGUÉ À LA REPRÉSENTATION À LA GRANDE RÉGION, SUR « UN ÉVENTUEL SOUTIEN DE LA RÉGION WALLONNE AU CROWDFUNDING AGRICOLE ».

M. Evrard (MR).

- Monsieur le Ministre, je voulais revenir avec vous sur la plateforme de financement participatif pour le secteur agricole appelée Mimosa. Vous m'aviez répondu, dans le courant du mois de décembre, avoir demandé à votre administration d'examiner dans quelle mesure et dans quel cadre, notamment au niveau des balises, la Région pouvait appuyer chaque projet qui était construit via ce type de financement.

Il s'agissait de proposer un soutien en adéquation avec les autres aides accordées. Dernièrement – on vous a d'ailleurs vu en photo à côté des partenaires – la banque Crelan vient d’annoncer son partenariat avec la plateforme Mimosa : un appel à projets commun permettra à six dossiers, sélectionnés fin juin 2017, de bénéficier d’un soutien financier supplémentaire à la levée de fonds de la part de la banque Crelan. C'est évidemment une bonne chose et, comme vous, je m'en réjouis.

Toutefois, ce qui m'intéressait, c'était de voir, au-delà du soutien moral que vous avez apporté à l'initiative, si la Région wallonne est décidée à réellement s'investir en la matière, à proposer, comme l'a fait la banque Crelan, une aide financière à ce niveau.

Quels sont les résultats des éventuelles analyses juridiques que vous avez sollicitées de manière à pouvoir vous inscrire dans la même dynamique que Crelan ? Une campagne de communication a-t-elle été mise en place notamment pour informer le monde agricole sur ces possibilités de financement alternatif, notamment l'existence de cette plateforme Mimosa ?

M. Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Aéroports, délégué à la Représentation à la Grande Région.

- Monsieur le Député, comme je vous l'ai indiqué, ainsi qu'à M. Prévot, le 5 décembre 2016, en réponse à vos questions orales, que je suis personnellement favorable à la démarche du financement participatif.

Ma réflexion quant à une intervention de la Wallonie n'est pas terminée. Je vous donne les trois possibilités qui existent, auxquelles on réfléchit. D'abord, devenir partenaires de Mimosa.

Dans ce cas, c'est Mimosa qui propose de signer une charge de partenariat. En Belgique, sept organismes et sociétés sont actuellement partenaires. C'est une forme de soutien très simple et très symbolique qui contribue à faire connaître et à rendre crédible ce type de financement.

Outre des partenaires professionnels, des partenaires soutenus, voire créés par la Wallonie, sont déjà partenaires et d'autres envisagent encore d'établir ce type de partenariat.

La deuxième piste est de collaborer à des appels à projets comme celui que vous avez cité, celui de Crelan. Le troisième est d’apporter un soutien financier, soit directement à l'organisme de financement participatif, soit aux porteurs de projets. Il ne faut pas exclure que d'autres organismes puissent être actifs.

La plateforme de financement participatif citée est fonctionnelle en France et elle a déjà été adaptée pour la Belgique. En outre, les gestionnaires rencontrent, conseillent, accompagnent les candidats. Cette aide régionale éventuelle, sur laquelle je réfléchis, devrait respecter les règles en matière d'aides d'État.

Elle pourrait être considérée comme une aide régionale octroyée aux exploitants et entreprises agricoles dont la principale activité est la production primaire pour le développement d'activités de transformation ou de commercialisation de leurs produits agricoles. Il faudrait être très attentif à la définition des éventuels bénéficiaires.

En ce qui concerne la communication, mes services et moi-même ne manquerons pas de mettre également en évidence cette possibilité de financement. Le fondateur a déjà eu l'occasion de présenter à de nombreuses reprises sa plateforme. En témoignent le nombre de projets, le succès de financement ainsi que la présence très marquée sur les réseaux sociaux.

Je ne manquerai pas de revenir vers vous pour vous indiquer la ou les options qui seront retenues.

- La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR).

- Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse. Je pense, mais sans avoir les éléments de l'étude que vous avez sollicitée, que par rapport au secteur il est plus utile de multiplier les possibilités de soutien plutôt que de renforcer déjà les soutiens existants.

Par contre, je peux vous rejoindre sur l'idée de pouvoir trouver des formes de collaboration équilibrée, notamment avec des partenaires existants qui ont déjà pignon sur rue, notamment sur le web, plutôt que de se relancer sur une communication des outils.

On le sait, en matière de communication Internet, quand il existe des choses, c'est toujours difficile de pouvoir résorber les retards en la matière. On l'a vu avec des plateformes comme Airbnb et autres.

J'espère que vous pourrez trouver des issues favorables de manière à pouvoir soutenir un maximum de projets, en sachant, et c'est tout à fait normal, que tous ne sont pas bons, mais plus on en soutient, plus on a de l'espoir d'en voir l'un ou l'autre aboutir de manière satisfaisante.

17. P.W.- C.R.A.C. N° 159 (2016-2017) - Jeudi 20 avril 2017




Source : http://parlement.wallonie.be