Les outils d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Technology Assessment
26 septembre 2017

Question orale de M. Evrard à M. Jeholet, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de la Recherche, de l'Innovation, du Numérique, de l'Emploi et de la Formation, sur « les outils wallons d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (« Technology Assessment »

M. Evrard (MR). - Monsieur le Ministre, c'est une question que nous avons évoquée en début de commission. C'est un sujet qui est venu sur la table et vous savez que l'on a eu l'occasion d'auditionner M. Déaut, ancien président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques à l'Assemblée nationale française, qui a pu nous expliquer la manière dont cela fonctionnait en France. C'est d'ailleurs un sujet sur lequel les parlementaires qui font partie de cette commission seront amenés à se prononcer dans la manière dont ils veulent faire évoluer les choses. Ce que j'ai retenu de ces auditions, c'est que la Wallonie n'avait pas à rougir en la matière, puisque pas mal d'opportunités existaient dans les outils qui sont actuellement mis en place et notamment dans les organes qui sont capables d'aiguiller les parlementaires et les décideurs politiques dans les choix qu'ils ont à faire pour une société meilleure.

Vous savez également que le Sénat, dans son nouveau mode de fonctionnement, remplit à divers égards cette mission de centralisation des avis, d'évaluation des politiques menées au niveau des entités fédérées, et ce afin de les épauler dans leurs choix politiques. C’est vrai notamment dans les domaines des sciences technologiques et des sciences de la vie du futur, mais c'est aussi dans les domaines d'ordre éthique.

On avait évoqué, lors de ces auditions, la nécessité de réaliser peut-être un inventaire le plus exhaustif possible sur l'existence de tous ces outils ou de tous ces partenaires wallons qui jouent déjà un rôle à ce niveau. On pense particulièrement à toutes les universités, notamment celles de Louvain-la-Neuve ou de l'ULg qui a notamment son centre SPIRAL, qui est membre du réseau européen, mais aussi à des organes de la Région comme le CESW, l'Agence du numérique, l'AEI ou Digital Wallonia.

Monsieur le Ministre, quel est votre avis sur cette question ? Envisagez-vous de réaliser un inventaire à ce niveau afin de ne plus multiplier les structures redondantes en la matière ? Quel que soit le niveau de pouvoir, je pense que votre réponse intéressera plus d'un parlementaire dans la manière dont nous allons poursuivre nos travaux à ce niveau.

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Jeholet.

M. Jeholet, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de la Recherche, de l'Innovation, du Numérique, de l'Emploi et de la Formation. - Monsieur le Député, l'évaluation des choix technologies, connue en anglais sur le nom de Technology Assessment, consiste à évaluer l'impact de l'évolution de la science et de la technologie sur la société en vue de prendre les meilleures décisions politiques et de stimuler le débat et la participation du public sur des thèmes aussi variés que les énergies renouvelables, l'Internet, les OGM, les nanotechnologies ou encore la mobilité. Il s'agit d'un processus scientifique, interactif et communicationnel qui contribue à la formation d'une opinion publique et politique sur les aspects sociétaux et économiques liés à la science et la technologie.

Nous connaissons fort heureusement de nombreux acteurs qu'il serait pertinent de consulter sur différents sujets. Cependant et par souci d'efficience, nous préférons d'abord réaliser un inventaire le plus précis possible de tous ces acteurs : universités, administrations, centres de recherche, structures et organismes divers actuellement en place en Région wallonne, en fonction des domaines à considérer.

Un travail a été entamé par mon cabinet. Quand il sera terminé, nous pourrons organiser ainsi la consultation, mais on ne manquera pas de revenir sur le sujet. Sachez en tout cas que le travail a bien été initié.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse qui me satisfait. Une fois que cet inventaire aura été réalisé, je crois que dans le cadre d'accord de coopération avec les autres Régions, il y aura la nécessité de leur faire savoir qu'il y a aussi des capacités d'expertise en Wallonie. Que ce soit à travers des structures ou des institutions comme le Sénat ou autres, je pense qu'il faut favoriser les synergies et le dialogue, plutôt que recréer une énième structure, quitte à ce qu'elle chapeaute, mais qui serait synonyme en tout cas d'énergie, de temps gaspillé alors qu'il y a déjà des choses qui existent en Wallonie. Reste à le faire savoir et à les valoriser dans leurs compétences.




Source : http://parlement.wallonie.be