L'entrepreneuriat de la deuxième chance.
26 octobre 2017

QUESTION ORALE DE M. EVRARD À M. JEHOLET, MINISTRE DE L'ÉCONOMIE, DE L'INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE, DE L'INNOVATION, DU NUMÉRIQUE, DE L'EMPLOI ET DE LA FORMATION, SUR « L'ENTREPRENEURIAT DE LA DEUXIÈME CHANCE » .

M. Evrard (MR).

Monsieur le Ministre, dans la lignée des débats que nous avons eus tout à l'heure, je voulais avoir votre avis sur l'évolution notamment du CED-W, le Centre pour entreprises en difficultés.

On sait qu'à la base, les missions qui lui sont confiées sont de deux ordres : d'une part, la prévention des difficultés et, deuxièmement, le soutien au niveau des entrepreneurs. Ne pensez-vous pas qu'il serait utile notamment de travailler sur une aide spécifique pour les candidats désireux de redémarrer une activité après avoir connu une faillite ?

On sait que ces personnes sont souvent fichées ou répertoriées auprès des organismes financiers durant de longues années après leur faillite. Il leur est souvent difficile d'accéder à des financements classiques pour redémarrer un projet. Cette étiquette de looser leur colle donc à la peau.

Une réflexion doit être menée à ce niveau, tant au point de vue administratif qu'opérationnel. Lors de mes différentes interpellations, votre prédécesseur avait mis en place un groupe de travail avec la volonté de définir rapidement des types d'aide qui étaient nécessaires à un dispositif de deuxième chance. Un projet pilote similaire à l’action « Restart » initiée en région bruxelloise était évoqué.

Quelle est votre vision sur les missions du CED-W ? D'autre part, de quelle manière le groupe de travail qui a été mis en place souhaite-t-il soit poursuivre, ou en tout cas, réorienter les missions que vous pourriez lui confier ?

M . Jeholet, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de la Recherche, de l'Innovation, du Numérique, de l'Emploi et de la Formation.

Monsieur le Député, c'est un sujet sur lequel vous ne me lâchez pas. C'est vrai que vous m'avez déjà posé différentes questions et depuis, plusieurs éléments et actions ont avancé sur cette thématique.

D'abord, signaler l'évolution de la dénomination du dispositif, vous allez me dire que c'est un détail. L'ancienne appellation Centre pour entreprises en difficulté Wallonie est devenue Entreprises en rebond. En basket, en langage sportif, le rebond, vous savez combien c'est important, il ne suffit pas de marquer des paniers, il faut aussi capter les rebonds.

Cette évolution marque une orientation vers une approche plus positive, ainsi qu'une première mesure de lutte contre la stigmatisation de l'échec ou de la difficulté entrepreneuriale. Comme vous l'indiquez, c'est précisément le regard tant de la société en général que d'organismes de financement, ou de crédits, qui doit évoluer. La réflexion et les actions à ce sujet sont en cours.

Suivant un rythme semestriel, les travaux abordent les thématiques plus particulières, trois thématiques en fait :

- un, les solutions de financement pour les cas de seconde chance ; – deux, l'image plus positive des restarters ;

- trois, l'amélioration des compétences des entrepreneurs.

Dans ce cadre et suivant le planning de travail, deux business breakfasts réunissant 80 participants ont déjà été mis en œuvre en vue de mobiliser les intervenants utiles, ainsi que le public des entrepreneurs pouvant être concernés.

Ces actions peuvent être considérées comme l'amorce de l'action Club et Ateliers du Rebond, cette action coordonnée par le dispositif Entreprises en Rebond est destinée au public cible comprenant les entrepreneurs faillis de bonne foi, dont l'activité était principale, tous secteurs confondus, et dont le futur siège social sera établi en Wallonie.

La situation personnelle de l'entrepreneur failli représentera le point d'attention majeur. Ainsi, des mesures concrètes seront proposées aux entrepreneurs faillis.

Voilà, Monsieur le Député, vous voyez que cela avance.

Mr. Evrard (MR).

Merci, Monsieur le Ministre, pour cette réponse. Je n'en doutais pas, je vois que vous vous inscrivez dans la dynamique qui avait été initiée.

Hier, nous avions le prix « Passeurs de mémoire » ici au Parlement wallon. Il y avait une grande phase qui retenait notre attention, qui est bien connue : tirer les leçons du passé pour construire l'avenir.

C'est vrai aussi pour les personnes qui souhaitent, comme vous l'avez dit, rebondir, parce que justement elles bénéficient d'une expérience qui n'est certes pas très valorisante, mais en tout cas c'est une expérience malgré tout.

Je crois, comme vous l'avez dit très justement, qu'il faut permettre à ces personnes de rebondir de manière justement à doper l'activité en Wallonie.

CRAC PW 26/10/2017

56 . P.W.- C.R.A.C. N° 29 (2017-2018) - Jeudi 26 octobre 2017




Source : http://parlement.wallonie.be