Le programme Erasmus for young entrepreneurs
30 mai 2017

QUESTION ORALE DE M. EVRARD À M. MARCOURT, MINISTRE DE L'ÉCONOMIE, DE L'INDUSTRIE, DE L'INNOVATION ET DU NUMÉRIQUE, SUR « LE PROGRAMME « ERASMUS FOR YOUNG ENTREPRENEURS ».

- L'ordre du jour appelle la question orale de M. Evrard à M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, sur « le programme « Erasmus for Young Entrepreneurs ».

La parole est à M. Evrard pour poser sa question.

M. Evrard (MR).

- Monsieur le Ministre, le programme « Erasmus pour jeunes entrepreneurs » est une initiative du Parlement européen depuis 2009.

Il permet à de jeunes entrepreneurs d’acquérir une expérience professionnelle au niveau européen et de créer des partenariats internationaux, étant entendu que la notion de « jeunes » n’est pas définie ici en fonction de l’âge du candidat, mais plutôt en termes de projet ou de création d’entreprises.

On sait que l’internationalisation d’une entreprise est aujourd’hui un facteur de succès à ne pas négliger. Cet élément est confirmé par une analyse de l’Union européenne puisque le taux de survie des entreprises créées à la suite de stages Erasmus est supérieur à la moyenne.

Le principe d’un tel stage est donc capital pour des entrepreneurs qui souhaitent donner une dimension internationale à leur projet. En 2014, deux jeunes entrepreneurs avaient pu participer au programme et six entreprises avaient accueilli des candidats.

Nous sommes en 2017. Depuis 2014, comment a évolué la situation ? Combien de jeunes entrepreneurs wallons ont-ils participé au programme ? Combien d’entreprises se sont-elles montrées intéressées à accueillir les stagiaires ?

Les jeunes entrepreneurs qui ont participé ont-ils pérennisé leur projet et créé leur entreprise ? Avec quel succès ?

Quel est le bilan pour la Wallonie ? Le programme est-il suffisamment connu par les candidats potentiels et quels sont les canaux d’information utilisés au niveau wallon pour le promotionner ?

- La parole est à M. le Ministre Marcourt.

M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique.

- Monsieur le Député, comme vous le précisez dans votre question, « Erasmus pour jeunes entrepreneurs » est un programme initié par le Parlement européen en 2009 et mis en œuvre par la DG Entreprises de la Commission européenne.

Concrètement, c'est un programme d'échange transfrontalier qui offre aux jeunes et aux futurs entrepreneurs la possibilité de se former auprès d'entrepreneurs chevronnés dirigeant de petites entreprises dans les pays de l'Union. Cet échange d'expérience permet aux nouveaux entrepreneurs d'acquérir, au contact d'un entrepreneur expérimenté, les compétences indispensables à la bonne gestion d'une petite entreprise.

L'entrepreneur d'accueil bénéficie quant à lui d'un regard neuf sur son entreprise. C'est également l'occasion pour lui de coopérer avec des partenaires étrangers ou d'en savoir plus sur de nouveaux marchés.

Le séjour est partiellement financé par l'Union. De 2010 à 2012, l'AWEx a été le partenaire wallon du programme « Erasmus for Young Entrepreneurs ».

Depuis 2012, c'est le BEP qui s'y est engagé, au nom du réseau EEN, au travers de sa participation à un large consortium, appelé Gymnasium, impliquant des partenaires bruxellois, italiens, espagnols, britanniques et danois.

C'est donc le BEP qui la responsabilité de faire la promotion de ce programme en Wallonie et auprès des opérateurs économiques actifs aux côtés des agences de développement économique et des responsables de programmes de formation en entrepreneuriat.

Toutefois, vous devez savoir qu'un jeune wallon intéressé par le programme « Erasmus for Young Entrepreneurs » peut y participer en s'inscrivant directement sur le site Erasmus de la Commission européenne. Depuis mai 2012, via le BEP, quatre jeunes entrepreneurs wallons ont bénéficié du programme pour effectuer un stage à l'étranger.

En termes d'accueil de jeunes entrepreneurs étrangers, sept entreprises wallonnes ont accueilli des candidats, et ce parfois plusieurs. Il faut préciser que le budget retenu pour les projets des stages à l'étranger est assez faible puisque ce n'est qu'une partie assez limitée des frais de vie du jeune stagiaire, de voyage et de frais administratifs qui sont couverts.

Cela explique la plus grande propension d'accueil en Wallonie que d'envoi à l'étranger de jeunes entrepreneurs.

- La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR).

- Merci, Monsieur le Ministre, pour cette réponse. Vous avez évoqué les forces, les points positifs et les faiblesses de ces programmes.

Je ne peux que vous encourager à faire en sorte que ces programmes soient développés au mieux puisqu'on constate – et cela se confirme de jour en jour – l'intérêt et la nécessité pour les jeunes de pouvoir être intégrés au sein des entreprises.

Quand cela se fait sur le plan international, c'est d'autant plus bénéfique puisqu'on sait qu'aujourd'hui, dans une mondialisation croissante, la nécessité pour nos jeunes qui en veulent de s'ouvrir sur le monde est impérieuse.

Je ne peux que vous invites à promotionner ce type de programme.

1 P.W.- C.R.A.C. N° 193 (2016-2017) - Mardi 30 mai 2017




Source : http://parlement.wallonie.be