Bilan de la plateforme Expertalia
17 avril 2018

Question de M. Yves Evrard à Mme Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances, intitulée «Bilan de la plateforme Expertalia»

M. Yves Evrard (MR)

– Lancée en octobre 2016, la plateforme Expertalia constitue une base de données d’experts, hommes et femmes, issus de différents horizons. Son objectif est notamment de donner une plus grande visibilité médiatique, d’une part aux femmes expertes et, d’autre part, aux experts, hommes et femmes, issus de la diversité. La mise en place de cette plateforme s’inscrit dans le cadre d’une convention pluriannuelle entre l’Association des journalistes professionnels (AJP), le cabinet du ministre Marcourt et le vôtre, Madame la Ministre. Elle a été dotée d’un financement annuel de 20.000 euros, permettant l’engagement d’une coordinatrice «Égalité et diversité» chargée de la gestion de la plateforme.

Après une bonne année d’existence, les premiers retours semblent extrêmement positifs. Toutefois, une première évaluation était programmée et annoncée pour avril 2018. Disposez-vous de cette évaluation? Quel est le bilan de cet outil? Je pose ma question parallèlement à l’avis émis par votre collègue Jean-Claude Marcourt relevant toute une série de difficultés. La plateforme est-elle suffisamment nourrie et exploitée par les différents médias? Envisagez-vous des ajustements ou des améliorations de la plateforme? D’une manière générale, comment voyez-vous l’avenir d’Expertalia?

Mme Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances.

– Comme vous l’indiquez dans votre question, une première évaluation de la plateforme est prévue dans le courant de l’année 2018. Elle devrait être disponible tout prochainement et visera les deux catégories d’utilisateurs: d’une part, les journalistes et, d’autre part, les expertes et experts de terrain. S’inscrivant dans une suite logique du développement de la plateforme, cette évaluation a notamment pour objectif d’ajuster une première fois l’outil, de concentrer la prospection d’expertes et d’experts dans les domaines qui ne sont pas encore présents sur Expertalia, mais aussi d’envisager les meilleurs canaux et supports à utiliser pour encourager les journalistes qui ne l’utilisent pas encore d’y recourir.

Dans ce cadre, il sera également demandé aux expertes et experts d’indiquer s’ils ont été contactés par des journalistes et d’identifier les médias dans lesquels ils ou elles sont intervenus.

En outre, une évaluation des séances de media-coaching organisées par la RTBF sera demandée aux participantes et participants des trois premières sessions. D’après les derniers chiffres de l’AJP, la plateforme compte aujourd’hui 380 expertes et experts inscrits et 245 journalistes utilisateurs. En comparaison, la plateforme flamande opérationnelle depuis dix ans, compte 700 expertes ou experts dans son répertoire. Pour ma part, je considère que ce type d’outil doit être pérennisé et régulièrement mis à jour, tant en ce qui concerne le contenu que la promotion.

Cette base de données permet, en effet, aux médias d’améliorer le reflet de la société dans laquelle ils vivent, évoluent et travaillent, à savoir une société empreinte de diversité et composée pour moitié d’hommes et de femmes. Le travail de sensibilisation doit donc être poursuivi comme, d’ailleurs, l’évaluation ponctuelle des contenus médiatiques sur les différents critères de la diversité. À cet égard, le baromètre relatif à la représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les services télévisuels sera tout prochainement exposé. Sa présentation permettra d’évaluer également l’état des lieux dans la diversité des contenus. Dès que je serai en possession de ces deux évaluations, je pourrai vous fournir davantage d’informations sur le suivi de l’outil.

J’imagine que vous me réinterrogerez à ce propos.

M. Yves Evrard (MR)

– À ce stade, cette réponse me satisfait. Elle démontre qu’il ne faut pas baisser la garde et que le travail ne manque pas pour compléter le cadre et augmenter le nombre d’adhérents à cette plateforme.

CRIc No85-Ens prom12 (2017-2018)




Source : http://parlement.wallonie.be