Développement de l’e-learning.
16 janvier 2018

Question de M. Yves Evrard à Mme Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances, intitulée «Développement de l’e-learning» .

M. Yves Evrard (MR).

La révolution numérique a profondément transformé notre société et particulièrement le monde de l’enseignement. C’est ainsi que l’enseignement à distance est devenu e-learning depuis le 1er février 2016.

En fonction de cette évolution, le métier d’enseignant sera très certainement amené à se transformer et à s’adapter.

Madame la Ministre, à l’entame de 2018, pouvez-vous faire le point sur l’évolution de l’elearning? Un rapport de l’Université de Liège (ULiège) vous est-il parvenu à ce sujet?

Mme Isabelle Simonis, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances.

Le décret du 13 juillet 2016 institue la démarche et les objectifs de mutation de l’enseignement à distance vers le service de formation en ligne.

Cette évolution du dispositif est soutenue par un plan d’action permettant d’accompagner et de surveiller la transformation de l’e-learning tant du point de vue pédagogique et technologique, que du point de vue de la réorganisation du personnel en termes de métier et de profil.

Sur cette base, la majorité des actions initialement prévues ont été réalisées dans les délais impartis. Le passage de l’enseignement à distance «papier» vers l’e-learning a pu être opéré en janvier 2016.

Le nouveau dispositif proposé par la plateforme de formation en e-learning offre aujourd’hui aux apprenants un accès à leurs supports de cours, à des exercices interactifs, à des dépôts et corrections de devoirs, à du tutorat via des messageries ou des forums.

Il permet également aux tuteurs d’assurer l’accompagnement pédagogique et administratif des apprenants et institue un espace de création de contenus pédagogiques et de ressources technopédagogiques.

Pour ce qui est des données statistiques, tous les apprenants actifs dans l’ancien dispositif par correspondance ont été transférés, lors des diffé- rentes phases de la mutation, vers le dispositif en ligne: 1 723 d’entre eux sont encore inscrits à ce jour.

Dans le cadre du nouveau dispositif, 4 487 nouveaux apprenants se sont identifiés en 2016 et 2 909 en 2017, pour un total de 26 175 unités de modules de formation.

En 2016 et 2017, les apprenants ont déposé pas moins de 152 500 devoirs, tous corrigés par leur tuteur.

Ceci vous donne une idée globale de l’activité des apprenants sur la plateforme d’e-learning.

En termes de ressources humaines, et complémentairement à l’objectif de neuf équivalents temps plein précédemment en place, il était prévu d’y adjoindre six postes temps plein financés au moyen de fonds sociaux européens pour le développement du Centre de ressources pédagogiques.

Quatre d’entre eux ont été pourvus et les deux derniers sont en cours d’engagement. En ce qui concerne la communication, outre la campagne menée fin 2016, de nombreuses actions de promotion sont mises en place chaque année à l’attention des publics les plus concernés.

On peut citer la participation à différents événements — dont le salon du service d’information sur les études et les professions (SIEP), le salon Evolu’TIC, ou encore le salon «Parcours ton orientation» —, mais aussi des colloques, des séances d’information pour les professeurs en cours de formation, ou encore l’organisation de rencontres régulières avec des organismes relais tels qu’Infor Jeunes, le SIEP, les centres psychomédico-sociaux (PMS), les établissements scolaires et les Cités des métiers.

Citons encore l’envoi de documentation aux différents organismes afin qu’ils diffusent l’information auprès de leurs usagers. Le rapport réalisé par le Centre de recherche sur l’instrumentation, la formation et l’apprentissage (CRIFA) du service de technologie de l’éducation de l’Université de Liège a été ré- ceptionné fin décembre dernier.

Au-delà des aspects contextuels et méthodologiques, les éléments les plus significatifs de l’étude portent sur les résultats de l’enquête menée auprès des formateurs, des apprenants et des acteurs exté- rieurs sur les besoins perçus et sur les évolutions nécessaires.

Le rapport formule également douze recommandations nécessaires à l’implémentation optimale de l’e-learning, dont la nécessité d’établir une définition commune, d’accompagner de manière continue les formateurs au changement en termes techniques et technopédagogiques, mais aussi de les former et de mettre en place l’elearning de manière progressive au travers de dispositifs hybrides.

Cependant, les chercheurs précisent que les différentes actions mises en place grâce à la création du Centre de ressources pédagogiques permettent déjà de répondre à ces différents points d’attention.

Néanmoins, et afin de garder la démarche objective et de l’intégrer dans une dynamique de coconstruction, je vous propose de transmettre la présente étude à votre Parlement, et en particulier à cette commission, et de solliciter l’inscription à l’ordre du jour d’une prochaine commission.

Nous pourrons ainsi entendre et interroger les chercheurs du CRIFA sur les résultats et les recommandations dudit rapport.

M . Yves Evrard (MR).

Je vous remercie pour cette réponse, Madame la Ministre.

Ce serait effectivement une excellente chose de pouvoir prendre connaissance de ce rapport.

J’entends bien dans votre réponse que le secteur est en pleine évolution et que l’offre est en constante augmentation, y compris dans les effectifs dédiés à ce type d’enseignement.

Pour ma part, j’introduirai une demande officielle pour que nous puissions en discuter plus amplement au sein de cette commission.

CRIc No49-Ens prom7 (2017-2018) ( 4 )




Source : http://parlement.wallonie.be