Le domaine spatial, pourvoyeur d'emplois
20 novembre 2018

Question orale dans le cadre du budget présenté en commission Economie
Les perspectives d'emplois dans le secteur spatial, futur pourvoyeur d’emplois.

M. Evrard (MR). - Merci, Monsieur le Président.

Effectivement, on a déjà longuement parlé et M. le Ministre a déjà répondu en partie à ma question. Je me réjouis d'ailleurs que, dans ce budget, il y ait un volet consacré au spatial. C'est vraiment un très beau pari sur l'avenir puisque l'on sait que c'est un secteur qui est extrêmement pourvoyeur d'emplois.

Vous avez rappelé votre volonté de soutenir les infrastructures et notamment le centre de support logistique Galileo ainsi que l'incubateur de Redu, au niveau de l'infrastructure.

Mais on sait que, derrière les infrastructures, on a besoin d'hommes et de femmes qui ont des compétences hautes et notamment des gens diplômés qui connaissent parfaitement ces matières compliquées.

La première question, c'est de voir si dans le dispositif qui est le vôtre, envisagez-vous la formation voir le soutien à des initiatives qui existent ? Je pense notamment à « You-space » qui est une plateforme qui vise à rassembler les jeunes étudiants qui sortent des études et le monde de l'entreprise dans le domaine du spatial et de l'aéronautique, de manière à mieux comprendre les attentes des uns et des autres.

Envisagez-vous un volet formation ou un soutien en la matière ?

Deux, en ce qui concerne votre volonté d'investir 20 millions d'euros à travers la SRIW, j'ai bien entendu tout à l'heure que vous aviez expliqué ne pas encore avoir arrêté de modalités par rapport à la manière dont allait être affectés et distribués ces 20 millions d'euros.

Simplement, votre volonté, si j'ai bien compris, est de soutenir le domaine du spatial commercial. Cela veut-il dire que finalement il y a des entreprises qui sont, dans le cadre des programmes, notamment de l'ESA, qui pourrait être éventuellement mise hors jeu ?

Cette subvention de 20 millions d'euros va transiter via le pôle « Skywin » ou, est-ce que cela peut être, en partie, des deux manières que ces budgets vont être affectés ?

M. le Président. - Pour qu'il puisse y avoir une continuité dans nos travaux, je vais demander à M. le Ministre de bien vouloir d'abord répondre à l'intervention de M. Evrard et puis on reviendra sur l'intervention de Mme Morreale, et une réponse groupée sera donnée ensuite, aux questions de Mme Simonet et de Mme Morreale.

La parole est à M. le Ministre.

M. Jeholet, Ministre de l'Économie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation.

- Monsieur Evrard, comme vous l'avez souligné, je l'avais fait ce matin, l'activité spatiale constitue un secteur d'activité amené à développer dans les prochaines années de belles perspectives en termes de croissance, en termes d'emplois pour la Région wallonne. À condition, évidemment, d'anticiper et de prendre les bonnes mesures aujourd'hui.

Le train du Newspace est en marche et les fleurons wallons historiques du secteur sont à la croisée des chemins. Il convient donc de bien écouter les besoins que les sociétés établies, au capital desquelles la SRIW ou la SOJEPA, sont souvent déjà présentes, des jeunes entrepreneurs entrants et des pôles de compétitivité et les fédérations régionales en place. Mon équipe a rencontré tous ces acteurs, ils sont unanimes quant au besoin de créer un Fonds dédié au secteur pour accompagner cette nouvelle vague de croissance.

Je ne peux pas à ce stade en dire beaucoup plus, les discussions sont en cours. Mais je peux vous dire - et Mme Simonet m'avait aussi posé la question ce matin - qu'il est encore prévu que je rencontre les acteurs personnellement début décembre pour concrétiser la création de ce fonds sur base d'une stratégie régionale suffisamment solide et le projet concret.

Il conviendra de trouver la bonne formule de gouvernance pour la sélection et le suivi des dossiers. C'est ce que je disais ce matin aussi par rapport à la question de Mme Simonet, appel à projets ou pas. Ce sera un réel apport pour le secteur spatial, dans lequel la Wallonie a toujours été pionnière et compte le rester.

Concernant la GILSC, ma compréhension de la situation est un peu différente dans le sens où, à ce jour, il me revient que le niveau d'emploi pourvu correspond aux besoins et ce sans rencontrer de freins lors du recrutement.

IDELUX, en collaboration avec la commune de Libin met également place des dispositifs amenant à encore mieux faire connaître le magnifique centre Galaxia en vue d'y attirer les profils intéressés par le secteur et la dynamique en place dans ce lieu dédié.

Le niveau de maintenance autorisé dans le cadre du programme « Galiléo » pourrait être amené à évoluer avec les besoins du programme et de la Commission européenne. Ce qui nous laisse penser et permet d'anticiper que de nouveaux emplois pourraient y être créés en conséquence.

J'attire votre attention sur le fait que le budget de la Commission européenne en matière spatiale pour les sept prochaines années s'élève à 16 milliards d'euros, dont 10 milliards d'euros sont réservés au programme « Galiléo ». Ce qui laisse envisager de belles perspectives en lien avec le Fédéral aussi pour cette matière.

Concernant la formation, une initiative déjà très concrète a récemment été créée au centre Galaxia, qui accueille le centre de formation de l'Agence européenne spatiale sur son site et y organise différentes formations à destination de ses 22 membres.

Ces formations sont d'une part destinées à former des étudiants de l'enseignement supérieur de tout bord, intéressés par le spatial et d'autre part, sensibiliser les professeurs de l'enseignement primaire aux matières spatiales de manière encore plus accessible.

L'inauguration de l'ESA training center aura lieu début décembre. L'événement « Switch to space », organisé début novembre par Youspace, que vous citez, a été une réussite totale et a réuni plus de 500 participants, dont la moitié étaient des étudiants.

Début de ce mois de novembre, l'incubateur ESA, organisme national subsidié par la Région wallonne pour le fonctionnement de la branche wallonne dirigée et localisée par IDELUX au centre Galaxia également, a organisé un événement à Bruxelles pour sensibiliser les entrepreneurs à la création d'entreprise en lien avec le spatial et ciblait un public particulièrement jeune.

Je pense qu'à mon niveau, les initiatives permettant de former en matière spatiale et à leur succès au marché commercial et non plus uniquement institutionnel ou de recherche sont bien accompagnés. Je suis toujours ouvert pour écouter toute nouvelle proposition concrète en la matière pour l'analyser et continuer à nous améliorer.

Pour le reste, je signale qu'il revient également aux autorités compétentes en matière d'enseignement supérieur universitaire, au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de prendre les initiatives de sensibilisation et de formation utile au secteur, et ce, dès maintenant.

M. le Président. - La parole est à M. Evrard.

M. Evrard (MR). - Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse. J'entends bien que vous allez consulter et rencontrer les acteurs. J'attire aussi votre attention, dans la mesure du possible, sur la nécessité de prendre en compte également les entreprises ou les start-up qui seraient amenées à utiliser les données libres, le free data, notamment dans le programme Copernicus. Je crois que c'est aussi un gage de développement futur. On a souvent tendance à raisonner le spatial comme uniquement à travers la technologie, mais il est clair aussi que le développement de nouvelles applications peut lui aussi ouvrir de belles perspectives.

On a constaté, avec ma collègue Mme Morreale, que singulièrement aussi en Wallonie il y avait un manque à ce niveau-là, notamment de cette capacité d'utiliser le free data pour le transformer en application à l'attention des PME et des TPE pour rendre des services à la société.

CRAC PW 20/11/2018




Source : http://parlement.wallonie.be