Le biotech Promethera et le Biopark de Gosselies
08 février 2019

Bas du formulaire

Le biotech Promethera et le Biopark de Gosselies

  • Session : 2018-2019
  • Année : 2019
  • N° : 88 (2018-2019) 1
  • Question écrite du 16/01/2019
    • de EVRARD Yves
    • à JEHOLET Pierre-Yves, Ministre de l'Economie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation

La biotechnologie est un secteur de pointe dans notre Région et un des fers de lance de la Wallonie de demain (cette volonté est consacrée par le Plan wallon d'investissements (PWI), mais aussi la cellule CATCH).

La biotech Promethera spécialisée en recherche médicale dans la thérapie cellulaire des maladies du foie vient d'ailleurs récemment d'augmenter ses capitaux d'investissements par des apports japonais et sud-coréens qui vont lui permettre de poursuivre son développement à l'international.

À ce titre, elle rejoindra donc le Biopark qui compte déjà une vingtaine d’entreprises de pointe en biotech.

De plus, le PWI prévoit de doubler la capacité d’accueil du parc via l’injection de 35 millions d'euros en cinq ans. Un premier financement de 5 millions d'euros a été octroyé en décembre 2018.

Cette actualité de la société Promethera m'amène à poser deux questions.

Le projet de Biopark en tant que pôle d'excellence en biotechnologies va donc bénéficier d'un soutien important qui lui permettra de doubler sa capacité. D'autres entreprises wallonnes sont-elles pressenties pour rejoindre le Biopark ?

Monsieur le Ministre a évoqué la possibilité d'accueillir des entreprises internationales sur le site. Peut-il nous éclairer à ce sujet ?

  • Réponse du 31/01/2019
    • de JEHOLET Pierre-Yves

Il est vrai que le secteur des biotechnologies a le vent en poupe en Wallonie et je ne peux que me réjouir de ce constat positif et de l’énergie d’entrepreneurs et de scientifiques autour de projets porteurs.

Le Biopark de Brussels South Charleroi, qui va souffler ses 20 bougies en 2019, a réussi à se hisser au rang d’écosystème reconnu au niveau européen en biotechnologie. En 2018, plus de 150 millions d'euros ont été levés parmi les entreprises présentes sur le Biopark et plus de 8 nouvelles entreprises s’y sont installées, au niveau des programmes d’incubation, mais également de projets étrangers. Il s’agit d’un témoignage fort de reconnaissance du terreau favorable wallon et de l’intérêt de s’installer physiquement au cœur d’un écosystème spécialisé comme celui du Biopark.

Afin d’accompagner cette croissance, un projet d’extension du Biopark a été retenu dans le cadre du Plan wallon d’investissement. Ce projet s’inscrit également pleinement dans le plan CATCH.

Le Gouvernement wallon a ainsi décidé de mobiliser une enveloppe d’un montant de 35 millions d'euros maximum visant à soutenir le Biopark dans sa dynamique de création d’infrastructures. Ces nouvelles infrastructures vont permettre non seulement de construire proactivement un certain nombre de laboratoires et de bureaux pour embrasser cette croissance, mais également de transformer le Biopark en véritable campus de standing international. Concrètement, il s’agit de développer un projet immobilier d’envergure, composé d’espaces de bureaux, de laboratoires, de services partagés et de petits commerces : un bâtiment « amiral » pour le Biopark.

Afin d’enclencher concrètement ce projet du Plan wallon d’investissement, qui s’inscrira dans une logique de co-investissement privé et public, j’ai proposé au Gouvernement wallon de confier une mission déléguée à la SOFIPOLE, filiale de la SRIW particulièrement adaptée pour participer à la concrétisation du projet. Une première enveloppe d’un montant de 5 millions d'euros a été mise à disposition et permettra d’avancer dans les premières phases.

Concernant les projets de développement de l’entreprise PROMETHERA, une annonce de cette dernière a été récemment relayée confirmant son déménagement vers les infrastructures existantes dans la Plateforme wallonne de thérapie cellulaire, également issue d’un cofinancement privé et public, située au cœur du Biopark. Il s’agit d’installations de pointe qui permettront à l’entreprise de profiter au maximum des synergies propres à l’écosystème Biopark et spécialement dédiées aux projets de thérapie cellulaire.

Bien qu’il s’agisse de deux projets distincts, ces derniers s’articulent parfaitement dans la dynamique de croissance en cours au sein du Biopark.




Source : http://parlement.wallonie.be